Accueil Enquête Télétravail – 60 % des salariés français préfèreraient parler de leurs problèmes...

Télétravail – 60 % des salariés français préfèreraient parler de leurs problèmes de stress et d’anxiété à un robot plutôt qu’à leur manager

Profondément marquée par la pandémie de Covid-19, l’année 2020 est considérée comme la plus stressante de l’histoire par les salariés du monde entier. Quasiment 8 salariés sur 10 évoquent des répercussions négatives sur leur santé mentale et un peu plus (85 %) estiment que cela a affecté leur vie privée.

Si l’on croit l’étude menée par Oracle et le cabinet de recherche et de conseil RH Workplace Intelligence*, les salariés seraient 76 % à estimer que leur entreprise devrait s’investir davantage pour les aider à préserver leur santé mentale. Une solution ? 75 % estime que l’Intelligence Artificielle (IA) pourrait y contribuer. Et iIs sont 68 % à se dire ouverts à l’idée d’avoir recours à un robot pour les écouter ou suivre une thérapie.

Stress (38 %), déséquilibre entre la vie professionnelle et vie privée (35 %), épuisement professionnel (25 %), dépression due à l’absence de socialisation (25 %) et solitude (14 %) se sont cumulées aux objectifs de performance (42 %), à la gestion de tâches routinières et fastidieuses (41 %) et à la nécessité de jongler avec des charges de travail ingérables (41 %).

Les principales répercussions se traduisent par un manque de sommeil (40 %), une santé physique détériorée (35 %), une dégradation du sentiment de bonheur à la maison (33 %), la complication des relations familiales (30 %) et une forme d’isolement social (28 %).
Avec la généralisation du travail à distance, les frontières entre les sphères personnelles et professionnelles se réduisent toujours plus, d’ailleurs 35 % des personnes interrogées au global affirment travailler 40 heures de plus chaque mois (29 % en France) et 25 % confient se sentir surmenés (27 % en France).
Mais malgré les inconvénients imputables au télétravail, 62 % des répondants dans le monde, 64 % en France, estiment que ce mode de travail est plus attrayant maintenant qu’avant la pandémie. Au global, ils affirment pouvoir consacrer plus de temps à leur famille (51 %), à dormir (31 %) et à leur travail (30 %).

Au-delà des outils collaboratifs…

Les salariés attendent plus de la technologie que la simple mise à disposition d’outils collaboratifs ; ils veulent pouvoir compter sur la technologie pour soulager leur santé mentale. Et pour cela, ils estiment que leur manager n’est pas le mieux placé, évoquant notamment des critères de jugement et de partialité. Au total, 68 % des répondants préfèreraient parler de leurs problèmes de stress et d’anxiété au travail à un robot plutôt qu’à leur manager (60 % en France) et 80 % sont favorables à l’idée d’avoir un robot comme thérapeute ou conseiller. En France cette tendance est moins flagrante mais 68 % y seraient tout de même favorables.

Les salariés souhaitent que leur entreprise mette en place différents services comme l’accès en libre-service à des ressources en matière de santé (36 %), des services de conseil à la demande (35 %), des outils de monitoring proactif de la santé (35 %), l’accès à des applications dédiées au bien-être et à la méditation (35 %) et des chatbots pour répondre aux questions de santé (28 %).

 

 

*L’étude a été menée auprès de 12 000 employés, cadres, responsables des ressources humaines et dirigeants de 11 pays, parmi lesquels la France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here