Accueil Financement Europe numérique : de nouveaux fonds pour le financement des startups franco-allemandes

Europe numérique : de nouveaux fonds pour le financement des startups franco-allemandes

Lors de la première conférence numérique franco-allemande organisée à l’Elysée ce mardi 27 octobre, Publicis, Orange et Siemens ont annoncé un fond d’investissement de 500 millions d’euros pour les startups franco-allemandes, et Emmanuel Macron un fonds d’investissement européen doté de 4 à 5 milliards d’euros.

La conférence, qui rassemblait quelque 325 personnes, grands patrons, entrepreneurs, syndicalistes et représentants d’institutions publiques, a été ouverte par le ministre français de l’Economie Emmanuel Macron et son homologue allemand, le vice-chancelier et ministre de l’Economie Sigmar Gabriel.

Iris Next pour des fonds européens

Le PDG de Publicis Maurice Lévy, celui d’Orange Stéphane Richard, et Gerhrad Cromme, président de Siemens, ont signé lors de la conférence la création d’un nouveau fonds d’investissement du numérique doté de 500 millions d’euros. Iris Next, c’est son nom, doit permettre aux startups franco-allemandes de trouver des fonds en Europe plutôt que de se tourner vers les Etats-Unis. Bpifrance et son homologue allemande KFW ont également pris une participation dans l’entreprise de capital-risque Partech, afin là encore d’aider les entreprises du numérique à se développer. « Nous sommes bons pour créer des entreprises, mais pas pour les faire grandir, ou pour qu’elles s’internationalisent », a déploré le vice-chancelier Sigmar Gabriel dans son discours d’introduction, appelant les Européens à créer  » « le meilleur réseau » d’infrastructure numérique dans dix ans. « Nous avons besoin d’innover davantage et plus vite (…) et d’un marché unique européen – en apportant des réponses à 28, des régulations à 28 », a expliqué de son côté Emmanuel Macron, insistant sur le fait que « le bon marché domestique est le marché européen ». Emmanuel Macron a détaillé des mesures pour promouvoir le développement de l’économie numérique, qui vont de l’investissement dans de nouvelles infrastructures à la mise en place d’outils européens de financement participatif (ou crowdfunding). Il a annoncé le lancement d’un fonds d’investissement européen doté de 4 à 5 milliards d’euros, permettant d’offrir aux entreprises innovantes des « tickets de 100 millions d’euros » pour faire face à la concurrence américaine.

Le plan d’action du CNNum et du BJDW

Les deux ministres ont repris les grandes lignes d’un plan d’action du Conseil national du numérique (CNNum) et de son homologue allemand le Comité « Jeunes entreprises du numérique » (BJDW), qui leur a été remis lors de cette conférence. Ce plan en quinze points enjoint notamment les deux pays à promouvoir l’éducation numérique, l’harmonisation fiscale et le financement de l’innovation.

>>> Cliquez ici pour lire notre article : Pour une politique européenne numérique : un plan d’action franco-allemand

Pour Laurent Pontégnier, Délégué général de l’Association Transition numérique (ATN+), intégrée dans le programme gouvernemental Transition Numérique, « Cette conférence est un bon signal pour nos TPE et PME françaises qui prennent le virage du numérique pour améliorer leur compétitivité, face à leurs concurrents directs sur les marchés nationaux et internationaux. » Et de souligner que « Si l’appropriation des outils et usages numériques est toujours source de freins au sein du tissu économique français et bien en deçà de nos voisins européens, dont le taux d’équipement en site Web, par exemple, s’élève à 71 %, soit 20 % de plus que nos entreprises françaises, ce travail commun mené avec l’Allemagne et l’Europe va permettre d’aider les entrepreneurs à s’approprier les usages des technologies et du digital en prenant exemple sur les bons élèves européens, comme l’Allemagne »

 

 

Auteur : Juliette Paoli avec AFP