Accueil Cybersécurité Campus Cyber : 2 000 m2 dédiés aux activités de formation

Campus Cyber : 2 000 m2 dédiés aux activités de formation

A l’occasion, le jeudi 18 mars, d’un point d’étape sur le Cyber Campus, le campus français de cybersécurité qui devrait ouvrir en novembre prochain, il a été dévoilé que les espaces de formation occuperaient 2 000 mètres carrés, soit 6 % de la surface de l’immeuble situé à La Défense.

Dans ce building où l’opérationnel, l’innovation, la formation et l’animation constitueront les
quatre piliers du campus, les espaces de formation proposeront de la formation initiale et de la formation continue pour les différents publics (agents de l’Etat, salariés,
étudiants, personnels en reconversion…), afin d’assurer une montée en compétence
globale de l’écosystème.
« On manque énormément d’expertises en cybersécurité, mais surtout de vocations, a souligné Michel Van Den Berghe, président du Campus Cyber. Si vous interrogez par exemple les lycéens qui sont en terminale en Ile-de- France en leur demandant quel métier ils veulent faire, je ne pense pas que beaucoup vont répondre « cyberdéfense. Je pense aussi que notre métier n’est pas un métier de geek, que ce n’est pas un métier anxiogène, qu’on est plutôt des gardiens du réseau, des casques bleus du numérique et qu’on a une vraie mission aujourd’hui quand on travaille dans la cybersécurité ».

Michel Van Den Berghe

La création d’un Bachelor Cyber par l’Epita

Michel Van Den Berghe a précisé qu’un grand nombre d’acteurs s’étaient déjà positionnés pour pouvoir venir proposer leurs formations sur le campus et cité l’école d’ingénieurs Epita, qui a soutenu le projet dès le début. Donner visibilité et attractivité à la filière.
« L’Epita s’engage dans ce campus via la formation initiale et crée d’ailleurs à cette occasion une formation Bac+3, un Bachelor Cyber, a déclaré Marie Moin-Le Berruyer, directrice de Securesphere, centre de formation professionnelle continue de l’Epita qui accompagne les entreprises dans la monté en compétences des collaborateurs en cybersécurité et numérique. Nous délocalisons aussi sur ce campus Securesphere, qui gère la formation continue ».

Marie Moin-Le Berruyer

L’Epita espère par ailleurs accroître sa proximité historique avec les entreprises grâce à sa présence sur le campus. « C’est à la demande de ces entreprises que nous avons créé ce Bachelor Cyber car il y a effectivement des besoins d’expertise mais aussi des besoins de technicité qui ne nécessitent pas forcément des profils Bac+5 ou ingénieur, affirme la directrice de Securesphere. Pour nous, ce campus est une formidable opportunité. Il va nous permettre de nous rapprocher des métiers pour apporter des solutions de formation toujours plus pertinentes. Nous sommes aussi partants pour co-construire avec des entreprises d’autres formations et répondre à des besoins de reskilling (ndlr : requalification) qui sont aujourd’hui extrêmement fréquents ».

Les vertus de la proximité physique 

Marie Moin-Le Berruyer estime qu’un projet de cette ampleur va forcément donner de la visibilité et de l’attractivité à la filière. Au delà de l’aspect formation, tous les projets de recherche menés sur le campus seront susceptibles de l’être en partenariat avec l’école qui disposera sur place d’enseignants-chercheurs. « Ce campus va être un accélérateur et si le groupe Ionis y a investi (ndlr : il en a été actionnaire dès l’origine) en envoyant L’Epita et Securesphere, c’est qu’il croit beaucoup dans les vertus de la proximité physique ».
 

Patricia Dreidemy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here