En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 15/11/2017
    Cloud Expo Europe Paris 2017

    Cloud Expo Europe, Paris 2017, c'est le grand rassemblement d'experts dédiés au Cloud. Parmi les…

    en détail En détail...
  • 06/12/2017
    Paris Open Source Summit

    Paris Open Source Summit, premier événement européen libre et open source, est le fruit de…

    en détail En détail...
Innovaphone_AnywhereWorkplace_leaderboard

Une palette de sanctions

Global Knowledge_Docker_pavé

La première sanction est l’avertissement avec ou sans publicité. La sanction peut paraître théorique ou sans ampleur. C’est une erreur, car la Cnil n’hésite pas à accompagner l’avertissement non seulement d’une publication sur son site et sur le site legifrance.gouv.fr, le portail service public de la diffusion du droit, mais aussi elle agit par voies de communiqués de presse, d’interviews de son Président se répandant sur le cas sanctionné et l’entreprise concernée. La presse et les sites d’information, les forums publics, Twitter, reprennent généralement ensuite largement les actions de la Cnil. Le buzz qui en découle est souvent dévastateur en terme de chiffre d’affaires pour les entreprises concernées, surtout lorsqu’elles évoluent en BtoC. Le président de la Cnil l’a reconnu : “cet avertissement rendu public est pour nous la manière plus forte de poser le problème” . Ensuite, la Cnil peut prononcer des sanctions pécuniaires pouvant aller jusqu’à 5% du chiffre d’affaires de l’entreprise avec un maximum de 300 000 euros. Enfin, en cas d’urgence “lorsque la mise en oeuvre d’un traitement ou l’exploitation des données traitées entraîne une violation des droits et libertés”, elle peut décider l’interruption du traitement en cause pour une durée maximale de trois mois. C’est la mesure qu’elle a prise le 22 Avril dernier en suspendant un système de vidéosurveillance mis en place au sein d’une entreprise pour lutter contre les “actes de dégradation et de vols commis sur ce site”. Le dispositif avait été installé par la société sans qu’aient été accomplies les formalités préalables auprès de la CNIL .

Une palette de sanctions
Notez cet article

Article suivant
Y compris pénales !


Laisser un commentaire

Pénurie de compétences IT ?

Anticipez en formant vos équipes. Trois conseils aux responsables informatiques pour garder une longueur d'avance

Lire le livre blanc Vodeclic

Sondage

Windows 10 et vous

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Juridique - Données personnelles : la Cnil, aujourd'hui moins clémente, sanctionne pécuniairement Hertz France

    C’est la première fois qu’une sanction pécuniaire est prononcée par la CNIL pour une violation…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Vidéo - L'Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille organise sa gestion de crise

    Pour Philippe Tourron, le RSSI de l’APHM, réagir vite en cas de crise est primordial. …

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Données confidentielles de l'entreprise : les salariés très, trop ?, curieux

    Données de performance financière, documents sur les clients, fichiers personnels du PDG : 92 %…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

GlobalK_Azure _Skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Cloud hybride : réussir l’externalisation de votre SI en 4 étapes

    > Voir le livre
  • Les bonnes pratiques pour implémenter une solution de personnalisation

    > Voir le livre
GlobalK_Azure _Skycraper