Accueil Cloud computing T-Systems fait découvrir son « Cloud français » à Pantin

T-Systems fait découvrir son « Cloud français » à Pantin

Datacenter Equinix
Datacenter Equinix à Pantin

Equinix faisait visiter ce mercredi 14 décembre à la presse IT son datacenter de Pantin qui accueille le tout nouveau « T-Cloud France » de T-Systems, un Cloud privé et public avec des solutions IaaS, PaaS et SaaS.

La filiale de Deutsch Télécom l’avait annoncé il y a un an : elle comptait revenir en France. La stratégie de T-Systems est « d’aller vers un marché de croissance », celui du « Cloud, du As a Service » qui croît « de 20 à 30 % par an », a indiqué Jean-Paul Alibert, président de T-Systems France, aux côtés de Régis Castagné, DG d’Equinix France et de Bruno Picard, DG de NetApp France, lors de la présentation de son Cloud français. Ses atouts ? Sa capacité à vendre des services aux clients, réseau et informatique, et son « ADN d’opérateur ». Et pour séduire les entreprises françaises souhaitant conserver leurs données sur le territoire national, comprenez s’affranchir de la menace du Patriot Act américain – Jean Paul Alibert le glisse entre deux phrases – c’est Equinix, dont T-Systems est l’un des plus gros clients, qui accueille ce T-Cloud France. Grâce à un autre datacenter d’Equinix, celui de Saint Denis situé aussi en Ile-de-France, la haute disponibilité des applications et des données est garantie en mode PRA (Plan de Reprise d’Activité) ou réplication actif-actif.

Ces « hôtels de l’information », comme les qualifie Régis Castagné, sont bardés de certifications (dont ISO 9001 et 27001), possèdent des salles blanches qui offrent une disponibilité de 99,999 %, des caméras de surveillance à chaque couloir, des portes d’entrée sécurisées avec des dispositifs de reconnaissance palmaire, des racks enfermés par de solides grillages qui se prolongent même sous le sol !, des câbles électriques sous les planchers et des tuyaux contenant la fibre optique au-dessus des têtes… A Pantin, vous voilà perdu, tel un rat de laboratoire, dans un labyrinthe des données de 16 000 m2 qui mène le monde et le business, et que les concepteurs ont pensé au centimètre près sur le logiciel Autocad. Les espaces sont lisses et propres, hyper-rangés, hyper-sécurisés, prêts à reprendre du service en quelques secondes en cas de coupure de courant EDF grâce aux générateurs dédiés. Toute photo est absolument interdite ! Avec ses 7 sites au total sur la région parisienne, reliés récemment entre eux par de la fibre noire, et proposant 45 000 m2 de datacenters, Equinix est le plus grand campus digital de France. Mais l’américain est aussi implanté partout dans le monde, avec 145 datacenters, indique Régis Castagné. Un chiffre qui va monter à 175 avec les datacenters de Verizon (dont 13 aux Etats-Unis), que la société est en train de racheter.

IaaS, PaaS et SaaS proposés

La plateforme de T-Systems actuelle « démarre petit », selon les mots de Jean-Paul Alibert, mais le dispositif va aller grandissant. Le haut niveau de scalabilité est assuré avec une capacité d’ajouts de serveurs quasi illimitée sur la plate-forme. Et les clients bénéficient d’interfaces self-service pour provisionner les ressources dont ils ont besoin.
Côté stockage, T-Systems a choisi du NetApp et son full flash, qui selon des chiffres « bientôt dévoilés par IDC est le premier acteur sur ce marché en Europe », indique son DG France Bruno Picard. Côté équipements réseau, c’est du Cisco et côté sécurité, l’offre fait appel à la solution cloud Security Fabric de Fortinet. La plateforme propose une offre complète, de l’infrastructure aux applications et services. Elle donne accès aux applications d’une vingtaine de partenaires, dont Microsoft et SAP.

plusA lire aussi : Datacenter : T-Systems revient en force dans l’Hexagone