Accueil Datacenter Datacenter : T-Systems revient en force dans l’Hexagone

Datacenter : T-Systems revient en force dans l’Hexagone

T-Systems ouvre un datcenter en France
T-Systems ouvre un datcenter à Pantin en France, chez Equinix

Face à la demande croissante des entreprises françaises qui souhaitent conserver leurs données hébergées en France, l’Allemand T-Systems a décidé de déployer son Cloud français. La 1ère plateforme Cloud française de T-Systems est hébergée chez Equinix utilisant les solutions de stockage de Netapp.

T-Systems est une filiale de l’Allemand Deutsche Telekom, et propose des solutions d’infrastructures informatiques pour les grandes entreprises. Il s’appuie sur les infrastructures réseaux et les datacenters internationaux du groupe, et propose l’hébergement sécurisé et l’infogérance des systèmes d’information et des données en Cloud (privé, public, hybride, broker), les réseaux et les environnements de travail. On sait moins que T-Systems opère également le plus grand Cloud SAP au monde avec plus de 65 millions de SAPS (mesure de puissance SAP) et plus de 4 millions d’utilisateurs, dont 2,6 millions dans le Cloud, comme nous le rappelait Jean-Paul Alibert, président de T-Systems France, lors de la dernière Convention de l’USF, l’association des utilisateurs de SAP francophones : « On est le premier infogéreur SAP au monde ».

Depuis 10 ans, T-Systems a unifié toutes les infrastructures de ses clients sur une seule plateforme partagée, en mettant de grosses sommes sur la table, par centaines de millions en Europe, Amérique et Asie, et fait du Cloud privé depuis 2005-2006. « Aujourd’hui on a de grands datacenters, des plaques régionales, en Allemagne, à Houston et à Singapour, et des datacenters locaux pour l’Amérique, Brésil et Mexique, Singapour et Chine », nous expliquait Jean-Paul Alibert.

Jean-Paul Alibert, Président de T-Systems France
Jean-Paul Alibert, Président de T-Systems France, que nous avons interviewé lors du dernier salon USF

Du côté des datacenters, T-Systems s’était retiré de France il y a 4 ans, «  car nous étions dans la consolidation de nos clients sur une seule plateforme. Depuis, nous commençons à redéployer des datacenters locaux dans les grands pays d’Europe : le Royaume-Uni, Hollande, Suisse, Espagne et France. ». En Angleterre, T-Systems va ouvrir ce mois de décembre un deuxième datacenter. Après celui de Slough, l’opérateur  s’installe dans le datacenter London 2 de Virtus, à Hayes, Middlesex.

T-Systems n’a pas fait construire de datacenter pour la France. « On se fait héberger chez Equinix. L’ important est d’avoir de grand datacenter avec de fortes variabilités d’énergie et surtout la connectivité. Ce que nous amène Equinix, ce sont des méga tuyaux, dont nous avons besoin en tant qu’opérateur mais également en tant que fournisseur d’IT. On a des méga tuyaux en Europe, ce que l’on appelle des backbones, que nous avons fortement interconnectés avec les leurs. On bénéficie de leur capacité d’interconnexion. », nous expliquait Jean-Paul Alibert. T-Systems fera découvrir son « Cloud français » à Pantin le 14 décembre. L’infrastructure d’hébergement devrait avoir une capacité de 5 000 Go de Ram et 450 To de stockage Netapp. On la promet taillée pour accueillir 1 250 machines virtuelles et 100 000 instances SAP.