Accueil Actualité des SSII Le Groupe Open veut atteindre un CA de 500M€ en 2020, grâce...

Le Groupe Open veut atteindre un CA de 500M€ en 2020, grâce à sa nouvelle « Offre digitale »

Les dirigeants du Groupe Open ne manquent pas d’ambition. Ils ont annoncé ce matin des objectifs élevés pour 2020, portés par une vison d’ « accélération digitale », avec un plan d’investissement de 90 M€ pour des acquisitions et le recrutement de 500 collaborateurs.

Frédéric Sebag et Guy Mamou-Mani, co-présidents de la société de services numériques dévoilaient ce matin « La Stratégie 2020 d’Open, l’Accélération Digitale ». Ils ont fait passer l’ESN en 8 ans de 30 à 280 millions d’euros (prévisions 2015) et elle compte  3 300 collaborateurs. Is ont décidé de donner une nouvelle accélération à leur groupe.

Open-Dirigeants
Guy Mamou-Mani (à gauche ) , Frédéric Sebag (à droite)

 

Fin octobre, ils avaient annoncé les résultats du 3e trimestre, avec un CA en hausse de 5% ( 7% sur 9 mois) et un résultat net de + 113% par rapport à 2014. Le groupe estimait pouvoir atteindre un CA 2015 de 280 M€.
Les dirigeants expliquaient ce succès par leur un positionnement original. « C’était un pari d’être compétitif par rapport à l’offshore » avait déclaré Frédéric Sebag, qui expliquait que les projets de « croissance numérique » des entreprises tiraient le groupe Open vers le haut, avec une hausse de 21% et une marge plus élevée que pour les projets traditionnels des « transformation industrielle ».

Ambition : devenir le leader des services du numérique

Aujourd’hui, le Groupe Open veut accélérer cette mutation. Il annonce une « stratégie d’entreprise visant à la positionner comme un leader des services du numérique (…) Pour répondre à la nécessaire métamorphose des modèles économiques des entreprises et de leurs impacts, Open a opéré sa mutation pour proposer une offre digitale visant à répondre aux enjeux de la transformation digitale de ses clients. ».

Le communiqué explique :« Dans un environnement en croissance, particulièrement porté par la transformation digitale, l’objectif du chiffre d’affaires s’élève à 500 M€ en 2020. Ce dernier, obtenu mécaniquement, est constitué par l’activité industrielle, le déploiement de l’offre digitale (Croissance SMACS : 20% par an selon Syntec numérique) complété par les acquisitions, ainsi que l’exploitation des plateformes e-commerce et d’innovation technologique. » Ces activités digitales, précise le communiqué, contribuent à l’augmentation de la marge opérationnelle vers un objectif de 10%.

Une nouvelle « offre digitale à 3 dimensions »

Les dirigeants ont précisé ce matin leur nouvelle offre :

1 – Extension du champ d’activité alliant l’IT et le Digital au travers d’une offre de bout en bout aussi bien sur les domaines de compétences des SMACs que sur celui des nouvelles activités autour du marketing digital.

Pour progresser dans la pertinence métier et les capacités d’intégration applicatives et technologiques, Open revoit son organisation opérationnelle et ouvre des agences e-commerce et m-commerce, CRM, et Analytics tout en prolongeant ses capacités de transformation industrielle.

2 – Création d’une plateforme e-commerce pour accéder directement aux services proposés
Cette plateforme e-commerce offrira aux clients d’Open un service et une relation « digitalement augmentés » et placera leurs usages au centre des objectifs de l’entreprise. Elle permettra de transformer une expression de besoin en proposition de services Open au travers de services d’abonnement ou d’Apps à la demande et également des prestations réalisables en centres de delivery ou sous forme de compétences disponibles.

3 – Création d’une plateforme d’innovation technologique partagée avec les clients et les collaborateurs.

Open a bâti, début 2015, avec l’aide de l’INRIA une plateforme technologique qui permet dans une logique Agile & DevOps d’expérimenter et de faire émerger rapidement des idées nouvelles.
Elle a pour objectif de :
– transformer en Apps une partie du savoir-faire d’Open
– favoriser les initiatives des collaborateurs
– permettre, en partenariat avec l’écosystème et surtout avec les clients, la coproduction d’applications innovantes et partagées.

Un plan d’investissement de 90 M€ : acquisitions, formation, recrutement

Pour soutenir ce positionnement stratégique, Open s’appuie sur un plan d’investissement de 90 millions d’euros sur 5 ans, incluant :
– Un Programme d’acquisitions dès 2016,
– Un Plan de formation et de recrutement massif
Pour couvrir les domaines de compétences requis, Open s’attache à construire des programmes de formation et de recrutement dynamiques très structurés dans le domaine de la Mobilité, du DevOps, de l’IoT et particulièrement du Big Data pour lequel il engage d’ores et déjà des actions significatives de formation et de recrutement pour servir l’ambition d’intégrer 500 nouveaux collaborateurs dans ces différents domaines.
En particulier, dès 2016, Open lancera un Plan de formation de 100 data scientists.

Pour atteindre leur croissance ambitieuse les dirigeants s’appuient désormais sur deux créations de compétences et de conseils :
– le poste de directeur de la Transformation Digitale, avec Francis Poirot, un poste récemment créé ;
– un Comité Stratégique réunissant  de brillantes personnalités du numérique  :Nathalie Andrieux, ex CDO de La Poste, Membre du Conseil National du Numérique, Gilles Babinet,  « Digital Champion » de la France auprès de la Commission européenne, Spécialiste du Big Data, Michel Cosnard,ex. Président de l’Inria, et Lara Rouyres, co-fondatrice et CEO de Selectionnist, Membre du Conseil National du Numérique.

L’ambition et la vision ne manquent pas au dirigeant du Groupe Open, nous suivrons l’application de leur plan quinquennal.

 

Le groupe Open, qui figure dans le top ten des ESN françaises compte 3 300 collaborateurs et réalise 264 millions d’euros de chiffre d’affaires. Sa structure de direction est originale puisque elle repose sur une co-présidence : Frédéric SEBAG, qui a créé l’entreprise en 1989 et Guy MAMOU-MANI qui l’a rejointe en 1998. Ce dernier est par ailleurs président du Syntec depuis 2010.

 

Jean Kaminsky