Accueil La sauvegarde sur disque devient rentable en un semestre

La sauvegarde sur disque devient rentable en un semestre

On l'appelle ‘big data' ou tsunami numérique. La volumétrie croissante des données sature les disques et les réseaux, bloque les utilisateurs et leurs activités. La déduplication désengorge la sauvegarde. Pour vérifier sa fiabilité, plongeons dans les nouveaux flux de backup d'une entreprise et d'un campus universitaire.

Le poids croissant des fichiers provoque plus d’un malaise en entreprise. Le responsable informatique souffre de l’avalanche d’images et de nouveaux formats qui remplissent les baies de stockage. Issus de machines virtuelles ou d’applications métier, ces fichiers exigent de nouveaux espaces, des investissements matériels souvent exorbitants. Lorsque les ‘big data’ envahissent les sauvegardes, elles polluent le réseau et freinent les utilisateurs. L’administrateur s’effraie de voir s’allonger les temps de sauvegarde au-delà de la durée nocturne qui leur est consacrée. Si cette situation vous semble familière, il est grand-temps de faire quelque chose. Les baies de disques assurant la déduplication et la réplication des sauvegardes s’avèrent rentables en six à sept mois, évalue le cabinet IDC.