Accueil Hébergement de serveurs, e-commerce et email : état de l'art

Hébergement de serveurs, e-commerce et email : état de l'art

Les 5 premiers de la classe en France détiennent à eux seuls près de 70 % du marché de l'hébergement. Marché encore quasiment vierge, si l'on considère que 70% des PME et TPE françaises ne sont pas encore présentes sur Internet. Quelles sont les armes de séduction que nos «premiers de classe» déploient pour les faire tomber dans leurs filets ?

Ils sont quelques uns en France à se partager le marché de l’hébergement de serveurs. Des pionniers locaux aux rouleaux compresseurs internationaux en passant par les “petits” hébergeurs, tous se battent pour s’imposer auprès des entreprises. Des entreprises demandeuses de solution d’externalisation pour ce type de service, principalement pour des raisons de budget… et de crise. Comment faire la différence ? En enquêtant sur l’origine de l’hébergeur, une origine qui explique bien souvent le pourquoi des infrastructures proposées.

Amen est l’une des premières sociétés spécialisées dans l’hébergement à lancer un nouveau modèle de business en 1999. Un “paquet” incluant nom de domaines, hébergement et emails personnels. La société a commencé par les services mutualisés puis, peu à peu, s’est dirigée vers l’hébergement de serveurs privés voire dédiés, pour finir par proposer des offres de plus en plus verticales comme un package ecommerce (création web, référencement, formation …) Historiquement Amen est une société qui a changé plusieurs fois de mains : Via Networks, Claranet et pour finir le groupe européen Dada.pro

L’hébergeur vise le marché Soho/ TPE, soit 80% de sa clientèle, 150 000 entreprises et 300 000 sites web. C’est le cinquième hébergeur européen avec la gestion de 1,5 million de noms de domaines en affrontement souvent avec des acteurs tels OVH, 1&1 ou Gandi sur le territoire français.