Accueil Archivage Les archives nationales américaines renoncent à archiver tous les tweets

Les archives nationales américaines renoncent à archiver tous les tweets

La bibliothèque du Congrès, qui fait fonction aux Etats-Unis d’archives nationales, a renoncé à son projet de sauvegarder tous les messages postés sur le réseau social Twitter. 

La bibliothèque, qui passe pour la plus grande au monde et dont la mission est de préserver les documents d’importance pour l’histoire des Etats-Unis, a arrêté d’archiver la totalité des tweets ce 1er janvier 2018. La bibliothèque compte plus de 162 millions d’items : des livres, des enregistrements audio, des films, des photos, des cartes et des manuscrits. Et chaque tweet public posté sur le réseau social depuis son ouverture en 2006. La bibliothèque du Congrès avait commencé à archiver les tweets après un « don » de l’ensemble de la base de données disponible à l’époque par Twitter en 2010. « La bibliothèque possède maintenant une collection suffisante de tweets documentant les 12 premières années (2006-2017) de ce réseau dynamique de communication », concernant « son ouverture, ses applications et son évolution« , a argumenté Gayle Osterberg, la directrice de la communication de la bibliothèque sur le blog de l’institution.
Les tweets sont dorénavant sélectionnés sur les mêmes critères que ceux appliqués aux sites Internet, a-t-elle indiqué. « La bibliothèque examine régulièrement ses méthodes d’archivage pour tenir compte des évolutions liées à l’environnement, à la diversité de ses archives et de leurs sujets, des considérations de coûts et d’autres éléments », a-t-elle ajouté. Trop de tweets, y compris images et vidéos, et trop de sujets, voilà en gros les deux raisons évoqués. La sélection s’opère désormais sur une base « thématique et évènementielle s’appuyant sur des sujets comme les élections ou d’intérêt national et politique« .

La question divise sur le Web

Cette prise de position n’a pas manqué de relancer le débat sur la conservation des documents issus d’Internet. Jennifer Grygiel, professeure de communications à l’université de Syracuse a estimé que cette initiative était malvenue de la part d’une institution « qui est considérée comme la plus grande bibliothèque et archive du pays« .  « Ce n’est pas bien« , a indiqué Mariam Amin, journaliste de CNBC. « Je veux que chaque tweet soit archivé. Dans 40 ans, je veux pouvoir emmener ma petite-fille à la bibliothèque du Congrès et lui montrer à quel délire j’avais affaire en tant que journaliste. Il faut que chaque tweet compte« , a-t-elle ironisé.
Le groupe de défense des consommateurs Public Knowledge s’est lui interrogé sur les critères de sélection retenus. Le site d’information PoliticusUSA a toutefois estimé que cette décision permettrait « de ne plus gaspiller des ressources en conservant chaque message posté sur Twitter« . D’autres twittos se sont plaints de la perte de qualité des messages postés sur le réseau social en faisant allusion à la forte utilisation qu’en fait le président des Etats-Unis Donald Trump. Il « est arrivé à diminuer la valeur de Twitter« , affirme l’un d’entre eux. « Dorénavant, la bibliothèque du Congrès n’archivera plus tous les tweets. #sorrytwitter. Cela vient sans doute du fait que ses tweets embarrassent tout le pays« , indique « Cody ».

 

Auteur : La rédaction avec AFP