Accueil NAS, quels critères de sélection ?

NAS, quels critères de sélection ?

Comme c’est le cas pour tout système informatique, les performances d’un NAS reposent sur une chaîne de traitement qui va du cœur du système, le processeur et la mémoire, à l’extérieur, c’est-à-dire au réseau qui transporte les données.

 

Si l’un des maillons de cette chaîne est moins performant que les autres, il pénalise tout le système. Il est donc primordial de bien dimensionner les capacités de traitement du NAS par rapport au nombre d’utilisateurs, ou d’applications, à servir et aussi aux performances de votre réseau.

Processeur et Ram fixent les performances intrinsèques

La puissance de traitement des données et avant tout déterminée par la configuration du NAS, avec au cœur de celle-ci le tandem processeur/mémoire vive. La réactivité de la plupart des fonctions, ainsi que la vitesse et les capacités de calcul reposent sur le processeur. En décortiquant les offres des fabricants, on constate une grande disparité entre les modèles de processeurs proposés. Cela va du Celeron cadencé à 1,1 Go et secondé par 4 Go de mémoire vive, extensibles à 8 Go au maximum, aux modèles les mieux équipés, disposant de processeurs i3 et de 16 à 32 Go de RAam.

Selon votre budget et vos besoins, vous trouverez à peu près tous types de configurations. Vous devrez alors choisir le modèle en fonction de la bande passante théorique proposée par le NAS, mais cela ne suffit pas, car si celle-ci vous convient, les capacités d’indexation par exemple peuvent être réduites par un processeur sus-dimensionné. Si celui-ci doit traiter de grosses quantités de données, il vaut mieux y mettre quelques centaines d’euros en plus pour un modèle plus véloce.

Connectique et slots d’extension internes

La connectique d’un serveur NAS est généralement limitée aux ports Ethernet, lorsqu’il y en a plusieurs, et à l’USB pour brancher un disque externe ou une clé USB. Certains modèles proposent deux connecteurs Ethernet qui peuvent être agrégés pour doubler la bande passante, généralement de 1 Gb/s à 2 Gb/s. Cette option permet d’étendre les capacités de transfert pour exploiter les capacités des box fibre à 2 ou 2,5 Gb/s.

Les capacités d’extension internes des NAS déterminent en partie les possibilités d’extension des performances. Que ce soit l’augmentation des capacités de stockage en ajoutant ou en remplaçant les disques durs par des modèles plus performants, ou les possibilités d’augmentation de la mémoire vie (jusqu’à 32 Go pour certains modèles) et de la mémoire cache. Certains modèles haut de gamme offrent jusqu’à deux emplacements SSD M.2 intégrés pour augmenter le cache et accélérer les temps de réponse et d’indexation des fichiers.

Quelles capacités ?

Définir les capacités de stockage dont vous allez avoir besoin dans le futur est une question qu’il faut se poser dès que la décision d’acquérir un NAS est prise. Le marché regorge de supports de stockage aux capacités faramineuses (allant jusqu’à 12 To par disque) et la tentation est grande de surdimensionner les capacités de son NAS par rapport à ses besoins.

Si vos besoins d’espace de stockage augmentent régulièrement, il est possible d’opter pour des modèles avec 6 ou 8 slots et dont vous remplirez les slots vides au fur et mesure. Autrement, un modèle à quatre slots peut s’avérer largement suffisant. Avec de telles capacités d’extension, il devient possible de prévoir l’évolution du NAS dans la durée et par conséquent d’étendre sa durée de vie.

 

Mourad Krim