En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 28/09/2017
    Journée de la Transition Numérique 2017

    La seconde Journée de la Transition Numérique eFutura se tiendra le jeudi 28 septembre 2017 à Paris.…

    en détail En détail...
  • 11/10/2017
    Les Assises de la sécurité et des systèmes d’information 2017

    La 17ème édition des Assises de l'événement incontournable en matière de cybersécurité aura lieu du 11…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Création d'un site E-commerce de prêt-à-porter pour femme
    A déterminer €
    > En savoir plus
  • Création d'un site eCommerce dans la vente de vins et coffrets
    < 10 000 €
    > En savoir plus
  • Création d'un site vitrine pour un agriculteur
    <2000 €
    > En savoir plus
Microsoft_MS experience S1 TRUST_leaderboard

Evolution du modèle de tarification des produits SAP et problématique des accès indirects : « Notre déception est à la hauteur de nos espérances : immense ! », Claude Molly-Mitton, USF

30/06/2017 | commentaires 0 commentaire | ERP
Microsoft_MS experience S1 TRUST_pave

L’association des utilisateurs francophones des solutions SAP (USF) vient de réagir officiellement, par la voix de Claude Molly-Mitton, son président, à l’évolution du modèle de tarification des produits SAP dessinée par le géant allemand en mai dernier. Dans une lettre adressée à SAP, l’association se dit profondément « déçue » et recommande aux utilisateurs SAP de ne pas accepter pour l’instant de nouvelles conditions contractuelles sur les bases générales que l’éditeur allemand a proposées.

En mars dernier, la communauté SAP s’enflammait à la suite d’un jugement rendu par la cour royale de justice : un juge britannique condamnait le groupe agro-alimentaire Diageo au bénéfice de SAP. Client de la firme de Walldorf depuis 2004, Diageo a lancé en 2012 deux projets « relation clients », bâtis sur Salesforce, et connectés à SAP via une infrastructure d’échange disposant d’une licence légitime pour accéder aux données. SAP a estimé que cette licence était insuffisante et a assigné son client en justice, exigeant que tous les utilisateurs qui accèdent aux données SAP via l’infrastructure d’échange s’acquittent d’un droit d’usage. SAP réclamait ainsi en reprenant l’historique 64 millions d’euros à Diageo

SAP peut-il facturer les clients pour les usages et accès indirects de ses systèmes par le biais d’applications de tiers ? Telle est la question de fond. En France, l’USF, l’association des utilisateurs SAP francophones, s’en était inquiétée la première publiquement. « Cette affaire donne un signal négatif : elle risque de faire fuir certains prospects et clients de SAP, car elle constitue une épée de Damoclès pour les utilisateurs », commentait début mars Claude Molly-Mitton, président de l’USF. En mai, la rébellion semblait avoir été entendue.

Le directeur monde de SAP, Bill Mc Dermott

Bill McDermott, PDG de SAP

A la conférence annuelle Sapphire d’Orlando, le PDG de l’éditeur, Bill McDermott, avait enfin abordé publiquement la question controversée des licences indirectes dans son discours d’ouverture. « J’entends que l’accès indirect cause de l’anxiété, alors disons-le comme il l’est. La protection de la propriété intellectuelle et la facilité de faire des affaires est un équilibre délicat. Mais, même si nous maintenons cet équilibre, nous pouvons montrer une plus grande empathie », avait-t-il déclaré en introduction. « Aujourd’hui, j’annonce des prix simplifiés. Les processus de «procure to pay» et «d’order to cash» seront maintenant basés sur les commandes, ce qui constitue un résultat mesurable pour toute entreprise. L’accès statique à la lecture dans les systèmes tiers est vos données, et SAP ne facturera pas pour cela. »
Hala Zeine, vice-présidente senior de la stratégie de commercialisation chez SAP SE, précisait alors dans un billet de blog : « La lecture statique indirecte sera maintenant incluse dans la licence du logiciel sous-jacent, c’est-à-dire sans frais supplémentaires lorsqu’un client est correctement titulaire d’une licence. »
SAP semblait donc faire un pas vers les utilisateurs, mais manquait de clarté, la licence étant un sujet fort complexe. Quelle métrique (par utilisateur ou volume de commandes) utilisée selon les processus, à un instant T et à l’avenir ? A l’époque, l’USF voulait prendre le temps « d’analyser l’annonce de SAP sur les nouveaux contrats » avant de se lancer dans des commentaires, d’ « avoir matière à régir sur le fond ». C’est chose faite : Claude Molly-Mitton vient d’envoyer une lettre à Hala Zeine, dont une copie est donnée à la presse IT et économique.

Claude Molly-Mitton, président de l’USF, l’association des utilisateurs francophones des solutions SAP

Claude Molly-Mitton, président de l’USF

« Force est de constater que SAP reconnaît enfin, par ses récentes annonces, l’existence d’un problème que jusque-là elle niait totalement, au moins au niveau de SAP France. Nous ne pouvons donc, sur le principe, que nous féliciter de ce changement majeur de position. Et nous tenons à vous rappeler que ce problème des accès indirects à SAP, s’il a été en effet soulevé depuis longtemps par certains clubs d’utilisateurs, notamment par les clubs allemands et français, avait été évidemment créé à la seule initiative de l’éditeur SAP et non pas à celle de leurs clients ! », indique-t-il en début de lettre. Avant de poursuivre : « Toutefois, notre déception est à la hauteur de nos espérances : immense ! En effet, vous nous présentez un modèle qui est à la fois contestable, incomplet, imprécis donc de fait incompréhensible et inacceptable en bien des points, sur ce que nous avons pu en comprendre. » Conclusion ? Une recommandation générale de l’USF « de ne pas accepter pour l’instant de nouvelles conditions contractuelles sur les bases générales que vous nous avez présentées, en l’état actuel de celles-ci. »

Lire la lettre complète

Lettre SAP – lincensing – USF – 29062017

 

Auteur : Juliette Paoli

Evolution du modèle de tarification des produits SAP et problématique des accès indirects : « Notre déception est à la hauteur de nos espérances : immense ! », Claude Molly-Mitton, USF
Notez cet article

Laisser un commentaire

2 jours consacrés à l’intelligence numérique

Les 3 et 4 octobre, Microsoft experiences’ 17 accueillera plus de 14 000 visiteurs au Palais des Congrès de Paris, dont les managers des plus grandes sociétés européennes, start-ups, incubateurs...

Agenda & inscription

Sondage

Windows 10 et vous

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Le hacker de Deutsche Telekom condamné à 20 mois de prison avec sursis

    Un hacker britannique a été condamné vendredi à 20 mois de prison avec sursis par…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • L’espace de travail numérique : pivot de la transformation des entreprises

    Pour absorber la vague de natifs du numérique et répondre à leurs besoins en matière…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • ERP : les utilisateurs moyennement satisfaits

    Le CXP a mené son enquête annuelle, l'ERP Survey qui fait référence en France, sur…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
Microsoft_MS experience S1 AI_skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Surveillance de réseau : un élément indispensable de la sécurité informatique

    > Voir le livre
  • INTÉGRATION DE LA COMMUNICATION MULTICANAL

    > Voir le livre
TSystems_Cybercrime_skycrapper