Accueil Channel Windows 365 propulse les terminaux dans le Cloud Azure de Microsoft

Windows 365 propulse les terminaux dans le Cloud Azure de Microsoft

15 jours après la présentation de Windows 11, Microsoft annonce mi-juillet le lancement le 2 août de Windows 365, un service Windows vendu sur abonnement dans le cloud et accessible depuis n’importe quel navigateur et terminal. Un concurrent d’Azure Virtual Desktop ? L’éditeur réinvente-t-il le concept d’interface de bureau virtuelle (VDI) pour les PME ?

La rumeur courait au moins depuis 2020. Microsoft confirme en juillet 2021 lors de sa conférence virtuelle Inspire qu’il veut ouvrir l’ère du « PC dans le Cloud » Azure avec Windows… 365. L’éditeur souhaite que l’emplacement des terminaux ne soit plus un obstacle à l’utilisation de son bureau sous Windows. L’est-il encore ?

Un concurrent d’Azure Virtual Desktop

En tout cas, Microsoft franchi un nouveau cap avec Windows 365 dans la dématérialisation de son produit-phare historique. Windows, le principal produit de l’industrie vendu quasiment de série en OEM sur PC, était quasiment le dernier logiciel dématérialisé payant de Microsoft à n’être pas encore vendu véritablement en mode Saas.

Mais ce serait oublier Azure Virtual Desktop, la solution de bureau virtualisé de Microsoft. Or, sa nouvelle offre de bureau virtuel Windows 365 vendue sur abonnement, en mode Saas, n’est pas censée la concurrencer. Pourtant, elle propose selon lui des simplifications et des fonctionnalités (démarrage instantané, même image du bureau sur tous les terminaux, etc) qui devraient la rendre plus attrayante pour les PME, dont celles qui ont des besoins de personnalisation spécifiques.

Windows 365, sa première vraie offre « Cloud PC » multi plate-forme, laisse de nombreuses questions en suspens

Microsoft considère quand même que Windows 365 est sa première vraie offre « Cloud PC » car son bureau peut être diffusé dans un navigateur Web sur le cloud depuis quel PC ou terminal sous Windows. Mais pas seulement. Windows 365 est compatible avec les Mac, iPad et iPhone d’Apple, ainsi que les appareils sous Android et Linux. Ce qui n’est pas le cas avec Azure Virtual Desktop.

Selon Microsoft, Windows 365 est une réponse aux besoins informatiques des personnels en télétravail des PME, et notamment de celles ne disposant pas de compétences techniques importantes dans la virtualisation et le Cloud. En outre, son déploiement serait beaucoup plus facile qu’Azure Virtual Desktop.

Mais est-il plus sécurisé ? Finies les lourdes mises à jour ? Et plus important, comment travailler sur son PC équipé avec Windows 365 si l’Internet n’est plus accessible ? Ou encore, Windows 365 marque-t-il la fin du montage de Windows en OEM sur les PC ? Microsoft n’a pas encore répondu à ces questions

Les deux futures versions de Windows 365 – l’une pour les grands comptes, et l’autre pour les PME de moins de 300 salariés, sont 100% compatibles Windows 10, et elles le seront encore plus avec Windows 11 probablement. Une douzaine de configurations seront disponibles pour les PC virtuels. L’offre s’étendra d’un processeur unique avec 2 Go de RAM et 64 Go de stockage jusqu’à huit processeurs couplés à 32 Go de RAM et 512 Go de stockage. Microsoft n’a pas donné de détails sur les prix de leurs abonnements. L’éditeur les vendra sur sa place de marché et via certains de ses revendeurs.