Accueil E-commerce Voyage-sncf.com devient oui.sncf, et se met au conversationnel et à l’IA

Voyage-sncf.com devient oui.sncf, et se met au conversationnel et à l’IA

Oui.sncf
Oui.sncf, le nouveau site de la SNCF lancé dans la nuit du 5 au 6 décembre 2017

« Pour trouver votre train, je suis le chatbot de la situation » : l’assistant virtuel du nouveau site de la SNCF va désormais vous guider pour préparer vos voyages.

Voyage-sncf.com n’est plus, le site de la SNCF lancé en 2000. Place à oui.sncf, qui oublie au passage le .com pour le .sncf. Il fait écho au OuiGo, pour les TVG low cost, au InOui pour les TGV, aux OuiBus et OuiCar pour les voyages en bus et en voitures partagés entre les particuliers. Le but ? Atteindre 15 millions de clients en plus d’ici 2020. En leur proposant des services supplémentaires : répondre par téléphone à leurs questions 24 heures sur 24 heures et 7 jours sur 7, leur proposer des alertes sur les meilleurs prix pour des destinations choisies (Alertes petits prix), et un robot conversationnel, un chatbot pour simplifier les recherches et les réservations directement depuis la page d’accueil du site. La filiale a pu s’appuyer pour cette réalisation sur son expérience de bot sur Facebook Messenger qui a réuni 1 million d’utilisateurs.

OuiBot
OuiBot, le nouvel agent conversationnel

On peut entrer une demande en langage naturel. Essai rapide…

OuiBot
Une petite faute sur « Avignon » n’empêche pas le bot de comprendre la demande. 19 trains sont proposés.

Ouibot

 

 

En revanche, si on essaie d’affiner la demande, en indiquant ensuite : « Uniquement la matinée« , le chatbot ne comprendra pas, ne prenant pas en compte visiblement les résultats précédents. Il faudra dire par exemple : « le 24 décembre, uniquement la matinée« .

Ouibot

Cette innovation qui va avec d’autre : bientôt, on pourra commander ses billets avec la voix, sur smartphone, et avec l’enceinte intelligente Google Home. Depuis mi-octobre, la filiale expérimente aussi un Dash button, pour réserver d’une pression un billet TGVmax, avec un matériel fourni par Amazon.

Au delà des voyages en train, ceux en bus, voiture et avion, ainsi que les locations en hôtels, sont également proposés afin d’offrir des séjours de A à Z. Le site a réclamé de modifier 500 000 pages en tout, – les arborescences ont testées par des bots via des outils Open Source – et de créer 550 récits utilisateurs. En tout 8 mois de travail.