Accueil Virtualisation Virtualisation : Systancia promet de l’innovation

Virtualisation : Systancia promet de l’innovation

AppliDis Fusion
AppliDis Fusion

Systancia, éditeur français d’AppliDis Fusion, dévoilera le 20 mai une nouvelle approche de la virtualisation des applications et des postes de travail. Machine Learning et prédictivité issue du Big Data sont au programme.

Systancia édite AppliDis Fusion, actuellement en version 4, une solution qui combine virtualisation de postes de travail et virtualisation d’applications dans une seule console d’administration. La version 5, qui ne sera dévoilée que le 20 mai 2015 lors de la keynote annuelle de l’éditeur, devrait apporter de vrais changements en intégrant les technologies de Machine Learning et de prédictivité issue du Big Data. « Nous pensons avoir vraiment quelque chose de nouveau à apporter sur ce marché de la virtualisation. Nous avons avancé différemment en nous concentrant sur des aspects oubliés par les acteurs américains comme la productivité pour l’accès aux applications, nous explique Christophe Corne, fondateur et président du directoire de Systancia. Nous avons fait plusieurs présentations en avant-première à des clients stratégiques, à des partenaires, à des analystes et leurs retours valident notre approche. D’ailleurs, à 15 jours de l’événement, nous atteignons la centaine d’inscrits », se réjouit-il.

HTML 5, BYOD…

Pour Systancia, le marché de la virtualisation « a été peu renouvelé par l’innovation ces dernières années », et sans dévoiler entièrement les nouvelles possibilités d’AppliDis Fusion 5, il promet un nouveau confort à l’utilisateur final tout en simplifiant l’administration pour les équipes informatiques. La nouvelle interface « en fera la première console totalement HTML 5 du marché ». Au menu également : une nouvelle approche du BYOD pour rendre la mobilité productive pour l’entreprise et une « nouvelle stratégie pour la gestion des fermes d’applications au sein du datacenter avec la volonté de positionner un produit permettant aucun arrêt de productivité quelle que soit la phase de migration entreprise. »

Juliette Paoli