Accueil Emploi STMicroelectronics : fin des décodeurs numériques et des boitiers réseau domestiques

STMicroelectronics : fin des décodeurs numériques et des boitiers réseau domestiques

STMicroelectronics
logo STMicroelectronics

Le fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics (ST) va cesser le développement de nouvelles plateformes et de produits standard pour les décodeurs numériques et les boîtiers réseau domestiques.

Dans un communiqué, Carlo Bozotti, le PDG de STMicroelectronics, a commenté ces arrêts ainsi :  » Cette décision difficile est en adéquation avec notre stratégie qui consiste à n’opérer que des activités soutenables financièrement « . Pour lui, la croissance sur le marché des semi-conducteurs  viendra essentiellement  » des applications pour l’automobile, l’industrie et l’Internet des objets.  » Il compte donc bien réorganisé le groupe vers ces marchés.

L’arrêt du développement de nouveaux décodeurs numériques doit se traduire par la suppression d’environ 1 400 emplois dans le monde, dont 430 en France via un plan de départ volontaire. Il faudra compter 670 suppression d’emplois en Asie et 120 environ aux Etats-Unis.
Quelque 1 000 postes seront supprimés dès cette année, dont 150 en France,
a précisé l’entreprise, notant que le plan social lui coûtera 170 millions de
dollars, et que les mesures lui permettront d’économiser environ 170 millions
par an.

Le groupe, dont les Etats français et italien détiennent chacun 13,77% du
capital, a finalement tranché quant au sort de sa division de produits numériques Digital Product Group (DPG), chroniquement déficitaire. Depuis plusieurs mois, le groupe indiquait « explorer différentes options » pour sa division DPG. « Le statu quo n’est plus tenable (pour la division DPG, produits numériques), ces pertes sont inacceptables. Le problème doit être réglé et nous étudions toutes les options », avait alors déclaré M. Bozotti au printemps 2015.

Le groupe franco-italien a publié le 27 janvier un résultat net en baisse de 20% en 2015, à 104 millions de dollars, contre 128 millions sur l’exercice précédent.

Auteur : Juliette Paoli avec AFP