« Nous évitons l’attaque avant qu’elle ne se produise », explique Stéphane Hauray, directeur France de Morphisec. Nous l’avions rencontré sur son stand du FIC , première grande occasion pour l’éditeur de se présenter sur le marché français. Morphisec a développé une solution de protection des end points révolutionnaire, basée sur la prévention, qui protège déjà 2 millions de postes de travail, serveurs, et serveurs virtuels.

Nouveau venu dans l’hexagone, avec un bureau ouvert en octobre 2018, l’éditeur a vu le jour en 2014, avec une commercialisation effective de sa solution en 2016. Il bénéficie d’une bonne implantation aux Etats-Unis et dispose de deux bureaux européens, à Amsterdam et Paris.

Lagardere Active « parie sur une start-up innovante »

Morphisec a déjà remporté la confiance de clients importants, dont Lagardère Active. Pierre-Olivier Sicamois, son directeur technique , explique : « Suite à des attaques, type ransomware, sur notre parc, nous avons décidé de faire l’acquisition de Morphisec car cette solution, avec son approche  « Determinate » et sa technologie non intrusive sur le poste de travail, nous a permis de compléter notre suite antivirus de manière optimum. De plus, nous avons choisi de parier sur une start-up innovante au lieu de considérer des solutions du marché beaucoup plus lourdes à mettre en place »

« Nous apportons une autre approche, basée sur la prévention et non plus sur la détection et la remédiation comme la plupart des outils du marché aujourd’hui »,

« Morphisec vient remettre la prévention au coeur de la cybersécurité avec une technologie qui ne nécessite pas de connaissance préalable de l’attaque pour la stopper », explique Stéphane Hauray. « Avec Morphisec MTD et sa plateforme d’ETP (End-point Threat Prevention), nous ne venons pas simplement améliorer la sécurité des end-points, nous apportons une autre approche, basée sur la prévention, et non plus sur la détection et la remédiation comme la plupart des outils du marché aujourd’hui. », complète-t-il.

Sa technologie brevetée MTD (Moving Target Defense) promet de protèger les postes de travail contre les cyberattaques les plus avancées et prévient les menaces comme les APTs, zero-days, ransomware, evasive fileless attacks etc. Et ceci sans faux positif ni impact en termes de performance.

Comment ça marche ?

Morphisec repose sur un agent qui va renommer tous les processus de l’application, créer une copie de l’application qui servira de leurre pour l’attaquant. « Le brevet, Moving Target Defence, est issu de la technologie militaire, explique Stéphane Hauray. Une fois installé, il protège toutes les applications ». L’éditeur assure l’assistance au déploiement (« une journée pour un grand compte », assure S. Hauray), et la formation.

La V3 est attendue pour le second trimestre 2019.

 

Pour en savoir plus : Webinaire

Une conférence en ligne se déroule le 21 janvier (10H), sur le thème : « Prévenir plutôt que guérir. Une approche stratégique de la cybersécurité basée sur la prévention et non plus sur la remédiation. » Avec le retour d’expérience de Pierre-Olivier Sicamois de Lagardère Active

Inscription

 

Joel Pascal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here