Accueil Mobilité Qualcomm : un fondeur mobile peu connu

Qualcomm : un fondeur mobile peu connu

Qualcomm, un nom qui vous dit sans doute peu de chose. Et pourtant, il s’agit du concepteur et du fondeur jouant un rôle crucial pour de nombreux constructeurs de terminaux mobiles. 

Les spécialistes des puces intégrées sont des acteurs importants du marché mobile surtout avec l’explosion des ventes de smartphones et tablettes. La bascule entre PC et terminaux mobiles est consommée depuis 2012 et ne fera que croître. En valeur, les revenus estimés pour les semi-conducteurs sont de 90 milliards $ en 2016 contre 56 pour le monde PC traditionnel. Et la complexité toujours accrue des mobiles exige des spécialistes de l’embarqué et de l’intégration des multiples protocoles. Actuellement, on parle beaucoup de LTE, LTE+, 4G. Mais si à l’heure du GSM, il y avait un nombre restreint de fréquences et de protocoles, les dernières évolutions obligent à intégrer plusieurs dizaines de spécifications selon la zone géographique. Qualcomm met en avant sa capacité à intégrer tout cela dans une seule puce ! Avec aussi comme point d’orgue, la totale transparence entre réseau télécom et wifi. 

L’autre défi est de pouvoir s’appuyer sur une infrastructure dite « petites cellules ». Le but est de déployer des antennes locales en complément aux grandes antennes, très chères et longues à déployer. Ces petites installations permettraient de déployer plus rapidement un nouveau réseau ou pour le renforcer. Pour les opérateurs, cette « sous-structure » coûte moins cher. 

Qualcomm est présent sur plus de 850 terminaux (disponibles ou en préparations). Sa puce snapdragon intègre toutes les technologies nécessaires : localisation, CPU, GPU, mémoire, connectivité, DSP, etc. Le fondeur clame être utilisé par tous les constructeurs du marché et présent sur toutes les plates-formes. Bizarrement, durant la présentation presse, il y a quelques jours, nous n’avons pas entendu Apple et encore moins iOS, qui pèse pourtant très lourd sur le marché…

Pour mieux attaquer le marché et sa diversité, Qualcomm a revu en profondeur, il y a quelques mois, sa gamme. Elle va maintenant de l’entrée de gamme (snapdragon 200) au haut de gamme (snapdragon 800). Chaque modèle propose plusieurs déclinaisons. Deux modèles 200 ont été présentés en juin dernier. Le modèle 800 se veut à la pointe technologique : 4 cœurs, +50 % de performances, modèle de développement ouvert, ultra HD pour le multimédia, jusqu’à 55 millions de pixels pour la caméra (la course aux pixels est aussi inutile que la course aux Ghz sur les processeurs). Le fondeur met aussi en avant la capacité à gérer le 4K pour la vidéo même si l’intérêt de cette technologie sur un mobile reste à prouver. Et que l’offre vidéo est encore très faible. Pour l’audio, le fondeur dit que la qualité DTS et Dolby est identique à un home theather 5.1 ou 7.1, à voir et à entendre surtout. Il n’est pas possible d’avoir une spatialisation 7.1 du son avec de simples écouteurs. Enfin, le fondeur a beaucoup travaillé sur la partie GPU (moteur Adreno).

Actuellement, deux modèles ont été confirmés avec le snapdragon 800 : Sony Xperia Z Ultra et Samsung Galaxy S4 LTE-A. 

François Tonic

François Tonic