Accueil Confidentialité des données Microsoft répond à la CNIL, sans vraiment donner de détails…

Microsoft répond à la CNIL, sans vraiment donner de détails…

Mis en demeure par la CNIL de cesser la collecte excessive de données et le suivi de la navigation des utilisateurs sans leur consentement, Microsoft a répondu par la voix de David Heiner, vice-président et avocat de Microsoft.

Alors que le géant risque une amende de 150 000 euros s’il ne se conforme pas aux exigences de la CNIL, son avocat a annoncé : « Nous travaillerons étroitement avec la CNIL dans les prochains mois pour comprendre dans le détail les demandes de la CNIL et trouver des solutions qu’elle trouvera acceptables ».

Sans donner plus de détails, l’avocat met cependant davantage l’accent sur le Safe Harbor et son successeur Privacy Shield, cette réglementation qui vient d’être adoptée par la Commission européenne et qui gère les transferts de données personnelles entre l’Europe et les Etats-Unis.
Alors que la CNIL lui reproche la persistance de transferts de données personnelles internationaux sur la base de l’ancien Safe Harbor, David Heiner indique que le groupe travaille en ce moment même pour se mettre en conformité.
La nouvelle réglementation apporte de nouvelles précisions concernant la collecte de données en vrac, sur le renforcement du mécanisme de médiation et sur des obligations plus explicites pour les entreprises en ce qui concerne les limites applicables à la conservation et au transfert ultérieur des données.

Microsoft entend indiquer officiellement son « adoption » du Privacy Shield « le mois prochain » indique l’avocat.

 

Juliette Paoli