Accueil E-commerce La vidéo : un stimulateur d’achat

La vidéo : un stimulateur d’achat

Limelight Etude

La vidéo inciterait près d’un français sur deux à se rendre sur un site e-commerce.

Une étude  » Etat des lieux du commerce en ligne  » menée par Limelight au premier trimestre 2016 sur l’expérience d’achat en ligne en France montre que la vidéo est un stimulateur d’achat. L’enquête indique que 48 % des personnes interrogées se sont rendues sur un site e-commerce après avoir visionné une vidéo, qu’il s’agisse d’une bannière animée, d’un clip, d’une vidéo virale d’entreprise.

Limelight

Parce que les internautes restent davantage de temps sur une page web qui propose une vidéo, il devient plus facile au « e-marchand » d’interagir directement avec eux, au travers d’une fenêtre de discussion par exemple. Selon l’enquête, ils sont 69 % à regarder les vidéos sur ce type de site. Les distributeurs ont donc tout intérêt à prêter une attention particulière à cet outil d’engagement lorsque près d’un acheteur sur deux considère que c’est un critère important pour valider l’acte d’achat sur Internet.

Toutefois, si la qualité de diffusion n’est pas au rendez-vous, la vidéo peut devenir un élément de frustration. Parmi les éléments de frustration, 45 % évoquent la lenteur du temps de chargement, 26 % le manque de fluidité de la lecture vidéo, 19 % la mauvaise définition et 10 % un problème de compatibilité avec le périphérique.

Limelight2

La génération Y plus sensible

La génération Y se montre plus sensible à la vidéo : ils sont près de 58 % à déclarer être encouragés à retourner sur un site qui intègre des vidéos (contre 42 % pour les autres segments de population). De même, ils sont davantage susceptibles de se rendre sur un site e-commerce après avoir visionné une vidéo (publicité) sur Internet concernant ce site (53,2 % contre 44,3 % pour le reste de la population).

Des chiffres confortés par une autre étude conduite par Retail TouchPoints et Invodo : 47 % des directeurs de sites e-commerce y citent la vidéo parmi leurs 3 priorités d’investissements marketing.

 

Juliette Paoli