Accueil Evénements La France, en pole position européenne au CES 2017

La France, en pole position européenne au CES 2017

CES logo
CES 2017

La France est la 3ème Nation exposante du CES, et la 1ère européenne, avec 256 organisations présentes sur les 3 500 exposants du CES cette année.

Sur le premier salon mondial du numérique, la France s’impose cette année comme la nation numérique européenne de référence. Si les Etats-Unis et la Chine se positionnent loin devant la France, avec respectivement 1 500 et 1 300 entreprises représentés, l’Hexagone n’a pas à rougir puisqu’elle se place comme troisième nation du CES, et première européenne. 65 ETI et grands groupes français sont présents à l’événement. En outre, la France s’affirme comme le paradis des startups en présentant 171 jeunes pousses à l’espace Eureka Park regroupant les 450 meilleures startups mondiales.

Avec 85 entreprises (51 dans l’Eureka Park et 34 dans les autres halls), l’Ile-de-France s’impose en tête du classement des régions, même s’il n’existe pas de programme spécifique dédié à l’accompagnement des entreprises sur le CES au niveau régional. En deuxième position, Auvergne-Rhône Alpes, qui ambitionne de devenir « la première région numérique d’Europe », arrive en force avec 40 sociétés (30 dans l’Eureka Park). Sur la troisième marche du podium, Provence-Alpes-Côte d’Azur présente 29 entreprises digitales (27 dans l’Eureka Park). Les régions Occitanie, Pays de la Loire, Hauts de France et Normandie sont également fortement représentées. Ces régions seront d’ailleurs les hôtes du French Village basé à l’hôtel Paris pendant toute la durée du salon, une nouveauté 2017.

Depuis la première incursion française au CES en 2013, suite au lancement de la French Tech, le CES s’intègre désormais pleinement dans la stratégie de rayonnement international des entreprises digitales françaises. Voici 5 exemples de jeunes pousses présentes à l’Eureka Park qui montrent la diversité des solutions présentées

TapCards : l’album photo réinventé

Venant de la région Auvergne-Rhône Alpes, TapCards a inventé la TapCard, une photo imprimée qui posée sur un smartphone, une tablette ou un ordinateur fait apparaître l’album photo numérique associée qui lui est connecté. En quelques clics, l’application créé un album photo numérique. La photo qui représente au mieux l’album est ensuite imprimée sur une «  TapCard » papier qui est alors envoyées aux destinataires sélectionnées.

TapCard
L’application sera bientôt disponible pour iOS, Android et Windows.

Ondilo : l’entretien des piscines simplifié

Parmi les startups de la Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ondilo a mis au point un service innovant, ICO, qui simplifie l’entretien d’une piscine Au cœur du service, un flotteur intelligent que l’on laisse tout simplement flotter dans sa piscine. Doté de multiples capteurs, ICO est un véritable « ilot connecté » qui mesure en continu les paramètres essentiels de l’eau (température, pH, oxydo-réduction, conductivité, salinité, etc.). Ces données sont automatiquement transmises à la plateforme de diagnostic (dans le Cloud) qui analyse en dynamique la qualité de l’eau puis établit des recommandations d’actions. Les utilisateurs sont directement notifiés des problèmes sur une application mobile dédiée, et sont guidés vers les bonnes pratiques tant au niveau de l’usage des produits de traitement que de l’entretien régulier de leur bassin et équipements.

ICO
Ondilo est lauréat 2017 des CES Innovation Awards, dans la catégorie « Smart Home ».

AllPriv : sécuriser les PC portables en déplacement

La startup française AllPriv, accompagnée par Sud de France Développement, présente elle son Laptop Firewall Device (LFD), un dispositif destiné à sécuriser les communications des laptops en déplacement. « 30% des Managers ont été victimes de cyberattaque lors de connexion sur réseaux publics (aéroports, hôtels…). Cela démontre à quel point ce problème de sécurité est encore mésestimé et négligé par les entreprises. AllPriv apporte aujourd’hui son savoir-faire pour créer un modèle de protection mobile unique et ultra sécurisé », précise Mickaël Leal, fondateur de AllPriv. Le LFD concentre les outils de protection existants au sein des entreprises mais il intègre aussi des outils de protection liés aux risques lors des déplacements. Des connexions Wifi et Lan (risques d’interception détournement, intrusion …) aux risques liés aux échanges de données par clé USB. Le LFD est lui-même auto-protégé contre les vols et les attaques. Le LFD est extrêmement simple à mettre en place, il suffit de le connecter sur un port USB et lancer son navigateur web pour l’utiliser.

Realistis  : des boutiques en réalité virtuelle

La start-up montpelliéraine Realistis développe elle un canal de distribution novateur de boutique accessible dans un environnement de réalité virtuelle connectée aux bases de données e-commerce de grandes ou petites marketplaces et de toute entreprise. Breveté à l’international, ce concept est en pleine phase de test par l’intermédiaire de l’univers du « serious gaming » (voir illustration ci-dessous). « Notre innovation ouvre la porte à de nouvelles expériences utilisateurs, de placement de produits dans des jeux réalistes, de Marketplace immersive… Pour le moment, cette expérience est un jeu sans la possibilité de vendre des produits aux utilisateurs, mais cette fonctionnalité sera ajoutée très prochainement dans une future version. Pour cela nous nous appuyons aussi bien sur le retour des utilisateurs de VR que des e-commerçants, petits et grands, qui souhaitent investir en VR pour se développer sur ces nouveaux canaux de distribution », précise Philippe Manzano, fondateur de Realistis.

Realistis
Les équipes de Realistis ont développé un « serious game » gratuit dans lequel le joueur peut construire son propre univers de boutique virtuelle avec des cubes (tables, étagères, maison, présentoirs…), qui sera visualisé par les possesseurs de casques de réalité virtuelle disponibles sur le marché, tel que le HTC Vive

Lundi Matin : la caisse enregistreuse à tout faire

Créée en 2007 et basée en Languedoc Roussillon, Lundi Matin a mis au point RoverCash, une solution nouvelle pour répondre aux enjeux du commerce connecté. Disponible sur Androïd et iOS, cette application pour tablette est compatible avec une large gamme de matériels nécessaires à l’encaissement (lecteurs code-barres, imprimantes à tickets, tiroirs caisses, terminaux de paiements mPOS). Bien plus qu’une simple « caisse enregistreuse », RoverCash intègre la gestion des ventes, des stocks, de la fidélité, des statistiques de vente et de la comptabilité ; sans oublier la gestion des codes à barres, l’impression des tickets de caisse ou l’envoi des e-tickets, la gestion de la fidélité et des promotions… le tout depuis une tablette. En option, la solution dispose également d’un module Click & Collect permettant de redescendre sur la tablette les ventes issues du ou des sites e-commerce de la société. « Nous disposons d’une avance importante au niveau des fonctionnalités proposées par RoverCash, et des capacités d’interconnexion avec d’autres solutions informatiques – plateformes e-commerce, marketplaces ou ERP. RoverCash est également distribué en marque blanche auprès de banques et de grands acteurs de la Fintech pour renforcer la diffusion de leurs propres solutions de paiement (mPOS) auprès des commerçants », explique Benjamin Chalande, directeur général de Lundi Matin.

Rovercash
A compter du 1er janvier 2018, tous les commerçants et professionnels assujettis à la TVA auront l’obligation d’utiliser un système de caisse certifié, selon la loi de finances pour 2016. RoverCash est déjà conforme.