Accueil Etudes Quelles technologies clés pour les entreprises françaises en 2020 ?

Quelles technologies clés pour les entreprises françaises en 2020 ?

Technologies Clés 2020
Etude Technologies Clés 2020

C’est la 5e édition de cette étude de prospective technologique que le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique conduit tous les cinq ans, et qui vise à identifier les technologies stratégiques pour la compétitivité des entreprises françaises. Le rapport liste 47 technologies clés qui concernent neuf domaines applicatifs : alimentation, environnement, habitat, sécurité, santé et bien-être, mobilité, énergie, numérique, loisirs et culture.

Mandatée par le Ministère de l’Economie, de l’industrie et du numérique, l’étude « Technologies-Clés 2020 » menée par Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, a identifié les grands enjeux stratégiques dans le domaine du numérique à moyen terme. IoT, Big Data, très haut débit et intelligence artificielle sont des enjeux majeurs pour 2020. Ces technologies représentent des opportunités de marché importantes pour les entreprises françaises.

« A horizon 2020, les innovations technologiques dans le domaine du numérique devraient représenter des potentiels de marché immenses pour les acteurs français, dont les savoir-faire industriels et académiques pourraient permettre à la France de jouer un rôle prépondérant à l’échelle internationale », explique Florent Perache, responsable de mission chez Alcimed.

Les technologies scteur de l'énergie
Les technologies clés du scteur de l’énergie

Des opportunités de marché très fortes au niveau mondial

Les marchés de l’Internet des Objets, du Big Data et du Cloud connaîtront une croissance particulièrement importante à l’horizon 2020. Puissant moteur de l’industrie des serveurs, le Cloud entraînera une refonte complète des chaînes de valeur et imposera de nouveaux partenariats ou compétitions entre des acteurs venant d’horizon très divers. Le développement du SaaS et du Cloud induit par ailleurs des opportunités pour les acteurs proposants des services de conseil et d’accompagnement.

Le calcul intensif devrait connaître une croissance annuelle supérieure
à 8 %

Le stockage et l’exploitation de données toujours plus massives nécessite des machines capables de réaliser des calculs dans des temps record, les supercalculateurs. Porté par ces avancées technologiques, le marché mondial du calcul intensif devrait également connaître une croissance moyenne annuelle supérieure à 8 % à l’horizon 2020. Avec l’augmentation du nombre de smartphones et de tablettes, le développement de l’Internet des objets et le très haut (4G) et ultra haut (5G) débit mobile, les applications mobiles (e-commerce, réseaux sociaux, etc.) continueront de croître de façon exponentielle et viendront ainsi alimenter en retour le phénomène du Big Data, créant ainsi un cercle vertueux de croissance. La micro et la nanoélectronique constituent un marché majeur et très attractif qui concerne tous les secteurs de l’économie. Il devrait continuer de croître pour atteindre 500 milliards d’euros en 2025 (données de l’IRT NanoElec), porté par l’explosion prévue de l’Internet des Objets.

Télécoms : investir dans des infrastructures de 5ème génération

Face à la croissance rapide voire exponentielle de certains marchés du numérique à l’horizon 2020, l’ensemble de la chaîne de valeur des TIC est donc forcée d’innover et de s’adapter : les opérateurs télécoms doivent continuer d’investir dans des infrastructures de 5ème génération pour soutenir la forte demande en équipements et dynamiser la croissance à horizon 2020. Les fournisseurs français de services télécoms doivent, quant à eux, faire face à la concurrence des acteurs over-the-top (OTT, ou service de contournement  sans la participation d’un opérateur de réseau traditionnel) en développement leurs propres services OTT ou créant des partenariats avec les acteurs existants du marché.

Les atouts de la France

Pour saisir les opportunités liées à la croissance forte sur ces différents marchés, la France dispose de nombreux atouts, remarque le cabinet de conseil, parmi lesquels la présence de plusieurs grands groupes industriels et de services, leaders mondiaux et actifs en R&D et à l’international, le tissu de start-up et PME numériques autour de la French Tech et la forte dynamique entrepreneuriale, l’existence d’un écosystème spécialisé en IoT et systèmes embarqués, ou encore la qualité reconnue de la recherche académique (Télécom ParisTech, CEA, etc.), en particulier de l’école française de mathématiques.

Pour Emmanuel Macron, qui introduit cette étude « L’innovation, par définition, est imprévisible. Il y a dix ans, qui imaginait que le numérique entrerait à ce point dans nos usines ? Qui pensait que le secteur de l’hôtellerie serait bouleversé par des plateformes internet, alors qu’il n’y a rien de plus physique et de moins virtuel qu’une chambre ? Qui se doutait qu’en un rien de temps, autant de petites startups deviendraient des entreprises mondiales ? Personne. Et aujourd’hui, personne non plus ne peut prévoir avec certitude le monde tel qu’il sera au cours de la prochaine décennie. Toutefois, l’enjeu n’est pas de prévoir. C’est de permettre. Permettre à l’innovation d’éclore, de rencontrer un marché, de se diffuser, d’accroître notre productivité, d’améliorer nos modes de vie. »

 

 

Juliette Paoli