Accueil Cloud computing Ikoula : le Gaulois en colère devient CloudIkoulaONE

Ikoula : le Gaulois en colère devient CloudIkoulaONE

Le nom est à l’américaine, faisant référence à l’avion présidentiel du Président des Etats-Unis, pourtant il s’agit bien de la nouvelle marque de l’hébergeur français Ikoula, qui abandonne son Gaulois en colère.

Le sérieux pour le fond et le pied-de-nez pour la forme, c’est cela Ikoula, lorsque l’hébergeur, qui possède ses propres datacenters en France (Champagne-Ardenne et Picardie) pour plus de 20 000 utilisateurs, affirme dans un communiqué de presse qu’il est « désormais habilité à héberger les données des administrations françaises » pour lancer sa nouvelle marque CloudIkoulaONE.
« On nous a gonflé la tête avec Cloudwatt et Numergy comme Cloud souverains [NDLR, respectivement intégrés dans Orange et SFR dorénavant] et maintenant on nous dit que le Cloud souverain c’est stocker les données en France… », nous commente Jules-Henri Gavetti, faisant référence à la définition du Cloud souverain donnée par le gouvernement indiquant que les données doivent être traitées et stockées sur le territoire français et que les collectivités territoriales y sont contraintes (voir la circulaire).

 

jules-henri-gavetti-ikoula-1421340819
Jules-Henri Gavetti

« Et bien super, on héberge en France, donc on est Cloud souverain… Pour prendre le contre-pied, que penser de toutes les collectivités hébergées chez Amazon et consorts alors, c’est illégal… » Jules-Henri Gavetti est connu pour ne pas avoir sa langue dans la poche, lui qui réclamait depuis longtemps le retour d’un véritable écosystème Cloud français, et ne s’était pas privé de dire qu’il n’y avait pas besoin d’acteurs étatiques.

De Air Force One
à CloudIkoulaONE

Ikoula, qui reste Ikoula, dit adieu pour son marketing et sa communication au fameux Gaulois en colère, que l’on a vu partout dans la presse, et donne naissance à CloudIkoulaONE. Une nouvelle identité qui « montre que notre Cloud répond au même degré d’exigence que le célèbre Air Force One, l’avion présidentiel américain. Nous aussi, nous savons dépasser nos frontières pour offrir nos services à toutes les entreprises et devenir une référence sur le marché », explique Jules-Henri Gavetti dont l’entreprise est présente à Singapour, aux États-Unis et en Allemagne, et depuis le mois de mars aux Pays-Bas, où il a racheté l’hébergeur néerlandais Ermis. Mais CloudIkoulaONE, c’est un peu plus qu’une simple nouvelle marque qui ne ferait que marquer l’esprit frondeur d’Ikoula. Choisir son cloud privé ou public, d’une simple touche – « c’est juste une question d’aiguillage », comme l’indique Jules-Henri Gavetti – et ensuite se laisser porter par l’infogérance (niveau 3) proposée par Ikoula, voilà la nouveauté de CloudIkoulaONE. « Le client se concentre uniquement sur son business. C’est un des principaux problèmes des éditeurs de softwares : l’effort nécessaire pour proposer leur logiciel en Cloud public, en Cloud privé et l’infogérer, car en général ils ne sont pas en 24/7, ne sont pas « sizés » pour offrir du service. C’est la vraie différentiation ».

Rappelons que Ikoula propose des solutions d’hébergements packagées et modulaire (du nom de domaine au serveur dédié physique ou virtuel), se positionne comme spécialiste de l’infogérance, du Cloud Computing et des plates-formes collaboratives, enfin propose une place de marché de solutions collaboratives dans le Cloud, en marque blanche, pour les revendeurs et intégrateurs informatiques.

Juliette Paoli