Accueil Enquête ESN et sociétés de conseil : 7 missions sur 10 sont maintenus,...

ESN et sociétés de conseil : 7 missions sur 10 sont maintenus, mais le nouveau business est en chute libre

La majorité des missions en cours sont, encore, maintenues, mais les clients n’en demandent, pour le moment, pas de nouvelles. Prévision de CA en baisse et reprise lente à partir de septembre : le moral des ESN et les sociétés de conseil n’est pas au beau fixe, selon un baromètre qui analyse l’impact économique du Covid-19.

Ce baromètre bimensuel du Groupe INOP’S a pour objectif de mesurer l’évolution du business et du moral des dirigeants d’entreprise pendant toute la durée du confinement. Le premier sondage, lancé le mardi 31 mars, et auquel ont répondu 223 entreprises, dresse ce constat : pour les missions en assistance technique/régie, la répartition entre les missions se décompose en 69 % de missions maintenues, 21% de missions suspendues et 10% de missions annulées. Si l’on s’intéresse au haut du panier, plus d’un tiers des répondants ont 80 % de missions maintenues et 11 % ont conservé 100 % de leur activité en régie. En contrepoint, 60% des répondants ont entre 0 et 40% de leurs missions suspendues.
Les annulations « pures et dures » sont encore très minoritaires : une entreprise sur deux a entre 0 et 20 % de ses missions annulées, et à quelques exceptions près, seules 10 % d’entre elles ont des taux supérieurs, entre 20 % et 40 %. 


Pour les projets au forfait la répartition entre les projets est quasi identique : 69 % de projets maintenus, 23 % de projets suspendus et 8 % de projets annulés. On notera qu’il n’y a quasiment pas de différence de traitement entre les missions en assistance technique et les projets en mode forfaitaire.

Chute des leads et projets entrants

C’est sur le nouveau business que les chiffres sont terriblement, et logiquement, mauvais, 42,1 % des ESN et sociétés de conseil voient une chute de plus de 70 % de celui-ci. Un peu plus de 21 % disent même ne plus avoir aucun lead (voir tableau ci-dessous). « La priorité des grands donneurs la semaine du 16 mars a souvent été de mettre en place leur plan de continuité d’activité. Il est logique que les équipes aient donc suspendu leurs demandes de ressources externes le temps que se mette en place leur organisation à distance. A voir si une fois le nouveau mode de travail adopté, l’activité repartira progressivement dans certains pôles. Ou si au contraire les grands donneurs décideront de réduire la voilure de l’ensemble de leurs prestations externes« , interroge le rapport.

Au final, toutes les entreprises anticipent une chute du CA global du secteur à fin décembre comparé à l’an dernier, la majorité (58,6 %) s’attendant à une diminution comprise entre 10 et 30 %. Aux yeux de 63 % des entreprises, la reprise ne se fera qu’à partir du mois de septembre, et cela lentement. Elles s’attendent à de fortes coupes dans les dépenses des grands donneurs d’ordre au deuxième semestre. 

 

Lire aussi
ESN et sociétés de conseil : presque 6 entreprises sur 10 ont la quasi-totalité de leurs effectifs en télétravail

La moitié des ESN et sociétés de conseil ont stoppé leurs recrutements