Accueil Politique Données et IA : l’industrie numérique mondiale interpelle les politiques à l’occasion...

Données et IA : l’industrie numérique mondiale interpelle les politiques à l’occasion du G7

entreprise numérique

DIGITALEUROPE qui fédère diverses organisations mondiales du secteur numériques, dont les françaises Syntec Numérique, Tech in France et AFNUM, veut faire entendre sa voix à l’occasion du G7 sur la circulation des données et l’Intelligence Artificielle.

« L’industrie numérique mondiale appelle les dirigeants à aligner leurs politiques sur le numérique » titre les trois organisations françaises dans un communiqué commun alors que le sommet du G7 débute le 24 août à Biarritz. A leurs yeux, les leaders politiques doivent se concentrer sur deux défis majeurs : « garantir des rapports de confiance dans les flux de données d’un Etat à un autre et assurer un développement éthique et responsable de l’intelligence artificielle. » Ceux-là même qu’elles avaient déjà mis en avant à l’occasion du Sommet d’Osaka en juin dernier.

Des données qui circulent et protégées

L’industrie numérique préconise aux Etats la mise en place d’un système de « Data Free Flow with Trust », c’est-à-dire d’un système de circulation des données fondé sur la confiance et la collaboration, « facteurs clés d’une croissance mondiale pérenne« , selon elle. Pour y parvenir, il faut, recommande-t-elle, faciliter la libre circulation des données à travers les frontières, étendre les mécanismes de protection de la vie privée, garantir des moyens de cybersécurité sans faille, protéger les consommateurs et les citoyens contre les activités commerciales frauduleuses ou trompeuses sur Internet ou encore assurer une régulation transparente des flux de données et soutenir la concurrence et l’innovation.

Un développement responsable de l’IA 

Du côté de l’Intelligence Artificielle, il lui semble nécessaire que les gouvernements s’accordent « sur des lignes de conduite éthiques et des principes visant à mettre l’IA au service de l’Homme« , rappelant certaines initiatives de l’UE et du Groupe d’experts international pour l’Intelligence Artificielle (G2IA) créé l’an dernier par le Canada et la France. Les organisations appellent en outre les gouvernements à faire porter leurs efforts sur la formation, y compris en reconversion. « Une politique de la donnée ambitieuse, favorisant la confiance et permettant l’accès, le partage et la circulation d’une plus grande masse de données, est la première clé pour que l’intelligence artificielle soit à la portée de tous. Cela permettra le développement d’applications dans tous les secteurs : du développement durable, de la santé, de la mobilité, etc., avec des gains formidables pour notre croissance. Mais cela suppose aussi que nous renforcions notre système de formation, pour orienter vers les métiers de demain, à la fois des jeunes et des publics en reconversion. Et c’est là, selon nous, qu’il faut accentuer encore les efforts » souligne Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique.

DIGITALEUROPE fédère, outre Syntec Numérique, l’AFNUM et Tech in France, Bitkom, TechUK, the Information Technology Association of Canada (ITAC), the Japan Electronics and Information Technology Industries Association (JEITA), the Japan Business Council in Europe (JBCE) et the World Information Technology and Services Alliance (WITSA).