Accueil DRH Salaires : des augmentations meilleures que prévues en 2015, mais faibles en...

Salaires : des augmentations meilleures que prévues en 2015, mais faibles en 2016

Cadres et non cadres ont bénéficié en 2015 d’une augmentation de 2,6 % en moyenne, contrairement à des prévisions plus pessimistes. Mais le niveau d’inflation risquent de porter un coup à ces augmentations en 2016.

Deloitte a publié en cette rentrée son étude annuelle sur les rémunérations individuelles. Niveaux de rémunération par population, évolution des salaires en 2015, prévisions d’augmentation pour 2016, intéressement et participation : quelles sont les pratiques de rémunération des entreprises ? Pour le savoir, son étude annuelle présente l’analyse des éléments fournis par 370 organisations de secteurs différents, soit 825 000 données individuelles, constituant ainsi l’une des premières bases de données salariales en France.

En 2015, les augmentations ont été en moyenne de 2,6 % pour les cadres et non cadres. Il s’agit d’un pourcentage similaire à celui de 2014, mais supérieur au budget envisagé par les entreprises en début d’année qui était de 1,8 %. Pour les cadres, les montants de la part variable individuelle sont en légère progression – de 2 % par rapport à 2014 – avec une augmentation plus marquée pour les cadres supérieurs (5 à 8 %).

Le cabinet note pour cette année « une moindre sélectivité dans la distribution des augmentations, avec une légère hausse du nombre de personnes n’ayant bénéficié d’aucune augmentation de salaire (8% pour les cadres contre 5% en 2014), une hausse du nombre de personne ayant bénéficié de l’augmentation médiane (45 % contre 40 % l’an passé), et une stabilité dans les fortes augmentations.

Près de 77 % des entreprises du panel ont un accord d’intéressement, et 89 % ont un accord de participation. Chez les non-cadres, l’épargne salariale représente en moyenne 7 à 8 % du salaire de base selon les niveaux de responsabilité, et 3 à 7 % du salaire de base chez les cadres. Enfin, on remarquera que la rémunération moyenne d’un jeune diplômé jusqu’à deux ans d’expérience se situe en moyenne entre 27 k€ et 30 k€ pour un non-cadre et entre 34 k€ et 37 k€ pour un cadre

Des prévisions prudentes pour 2016

Deloitte analyse que le niveau d’inflation prévu à 0,6 % en 2015 conduit les entreprises à revoir leurs pratiques d’augmentation. Pour le cabinet, cette projection d’inflation explique en partie une baisse historique des budgets d’augmentation prévisionnels.

deloitte1

Près de 70 % des entreprises n’appliqueront que des augmentations individuelles pour les cadres, et non générales. Pour les non cadres, 50 % des entreprises feront un mix entre augmentations individuelles et générales.

deloitte2

 

deloitte3

Deloitte prévoit pour 2016 des augmentations oscillant entre 1,5 % pour les cadres supérieurs et 1,7 % pour les cadres et les non-cadres.

Juliette Paoli