Accueil Cybersécurité G Data s’attend à 10 millions de nouveaux malwares en 2017

G Data s’attend à 10 millions de nouveaux malwares en 2017

Le nombre de malwares détectés atteint un nouveau record. Les spécimens comptés lors de cette période représentent déjà plus de 70 % de ceux détectés sur toute l’année 2016.

Il y a 10 ans, l’éditeur spécialiste de la cybersécurité G DATA comptait 133 253 nouveaux dangers. Un nombre qu’il atteint en 4 jours aujourd’hui.

Durant le premier semestre 2017, c’est presque 4,9 millions de nouveaux spécimens qui ont été comptabilisés. Soit 27 000 chaque jour. A ce rythme, l’année 2017 pourrait voir la barre des 10 millions atteinte.

 

En volume, les chevaux de Troie représentent la catégorie la plus importante des spécimens, suivis par les adwares et les programmes potentiellement indésirables (PUP). Mais ce sont les PUP qui représentent les dangers les plus souvent rencontrés par les utilisateurs (près de 80 %), les chevaux de Troie, plus nombreux mais moins diffusés représentant 27,2% des attaques restantes. Dans cette catégorie, Poweliks constitue le principal danger. il est principalement utilisé pour de la publicité frauduleuse, en cliquant sur des bannières et en téléchargeant des contenus publicitaires.

Rançongiciel, le grand absent

Si les rançongiciels sont des sujets brûlants dans l’actualité, cette situation ne se concrétise pas dans l’analyse des données. « Ces codes nuisibles ne sont pas significatifs dans le comptage des spécimens (faible volume), et ne sont pas présents dans les 75 premiers dangers bloqués par G DATA (faible incidence). Techniquement, les mécanismes de détection du comportement ou la protection anti-exploit des solutions G DATA peuvent toutefois minimiser artificiellement cette faible présence : le cheval de Troie ou le downloader utilisé préalablement à l’attaque est bloqué avant qu’il n’ait téléchargé le rançongiciel », explique l’éditeur.

Notez que c’est Windows la principale cible des attaques (99 % des spécimens recensés), mais que le nombre de tentatives d’attaque sur les ordinateurs exécutant Windows 8 est deux fois plus élevé que la moyenne. Dans le cas des PUP, il est encore plus élevé. G Data s’interroge : les logiciels malveillants sont-ils à la recherche d’ordinateurs sous Windows 8 ? Les utilisateurs de Windows 8 sont-ils particulièrement imprudents ? Il semble en outre que le risque d’être attaqué est beaucoup plus élevé aux États-Unis et au Mexique.