Accueil Métier Bientôt plus de visa de travail pour les Informaticiens non européens ?

Bientôt plus de visa de travail pour les Informaticiens non européens ?

Si l’arrêté est confirmé, seuls des « experts », dans le domaine de l’informatique pourront obtenir un visa de travail, si ils sont non-européens.

Chaque année, quelque 20.000 visas de travail sont délivrés  aux « personnes admises au titre de l'immigration du travail ». Ils concernent une trentaine  de métiers, ouverts aux non-européens. Il doit s’agir des « métiers les plus qualifiés ou les plus spécifiques, correspondant à des besoins significatifs de main d'œuvre » et « en tension », c’est –à-dire  impossibles à pourvoir à court terme avec des travailleurs présents en France.

Le gouvernement a transmis aux syndicats un projet d'arrêté divisant par deux le nombre de métiers ouverts aux étrangers non ressortissants de l'Union européenne, c’est-à-dire 15 au lieu de 30. Cette liste serait définitivement arrêtée dans la première quinzaine d'août.

Le BTP et l'informatique seront les secteurs les plus touchés. Dans le BTP, les postes de chargés d'études, de chefs de chantiers et de conducteurs de travaux devraient sortir de la liste, qui devrait se limiter au poste de dessinateur.

Dans l'informatique, seules des fonctions d'experts devraient encore figurer sur la nouvelle liste.

« Nous avons en France 2,650 millions de demandeurs d'emplois, et chaque année 110.000 actifs supplémentaires arrivent sur le marché du travail, ce n'est pas parce qu'il y a des secteurs en tension qu'il faut absolument recourir à la main-d'oeuvre étrangère« , avait déclaré Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur, fin juin.

Jean Kaminsky