Accueil Leadership des «pure players» du SaaS

Leadership des «pure players» du SaaS

“La diversité des profils d’acteurs entraîne la multiplication d’offres nouvelles, variées et difficiles à comparer, ce qui freine d’ailleurs les décideurs”, ajoute Markess International dans son rapport.Au delà des startup, l'édition 2011 du baromètre des prestataires de cloud computing réalisé par Markess International, nous apprend que les pure players confirment leur leadership en termes de reconnaissance sur le marché. Mais tout un ensemble d’acteurs venus d’horizons très différents profitent aujourd'hui aussi d’une légitimité importante. Il s'agit en premier lieu des éditeurs, dans les rangs desquels il est désormais difficile d'en trouver qui ne proposent pas de solution SaaS. Ils font évoluer progressivement leur offre pour négocier au mieux le “virage SaaS”. Celui-ci leur pose une double problématique d'adaptation à un nouveau modèle économique et d'encapsulation de la gestion de l'infrastructure matérielle du client et de son administration dans leur offre. Il leur faut aussi offrir des garanties ou SLA (Service Level Agreement) à leurs clients en termes de sécurité, de continuité de service, d'évolutivité de l'offre matérielle et logicielle et de possibilité de reprise après sinistre. Généralement, les éditeurs découvrent ce métier, en particulier ceux proposant des solutions pour PME/PMI. De ce fait, les hébergeurs entrent dans le circuit, via des partenariats avec les éditeurs souhaitant faire évoluer leurs offres vers le SaaS. Des gens comme Aspaway, par exemple, se posent en spécialistes du CRM et proposent les solutions de leurs partenaires en mode SaaS. Aspaway propose ainsi des solutions comme Sage CRM, Microsoft Dynamics CRM, Neocase CS, Generix CE, ASA On Demand et même Sage X3. Mais d'autres acteurs encore, comme les opérateurs de services ou de plates-formes (places de marché, EDI etc.) et les opérateurs de télécommunications montent également en puissance, en soutien des éditeurs.Markess International note qu'il faut désormais aussi compter avec les infogéreurs, qui progressent fortement dans son étude, par rapport à 2010. “Plusieurs d’entre eux ont fait des annonces de nouvelles offres spécifiques dans ce domaine en 2010, poussés par la concurrence et leurs clients”, explique le cabinet d'études.

admin