Accueil La mutualisation des systèmes d’information

La mutualisation des systèmes d’information

Un gisement d’économies pour les collectivités territoriales

 

Les collectivités locales sont désormais confrontées à la diminution des dotations financières et à la révision des budgets à la baisse. Confrontées à cette problématique elles recherchent des solutions pour réduire les coûts de fonctionnement, tout en maintenant un niveau de service élevé. Exemple avec la Communauté d’Agglomération Hérault-Méditerranée.

 

En s’appuyant sur les nouvelles technologies, la Communauté d’Agglomération Hérault-Méditerranée propose aux dix-neuf communes qu’elle regroupe la mutualisation des systèmes d’information comme une des solutions pour faire face à ces nouveaux enjeux.

 Laurent Miserey
Laurent Miserey

Pour Laurent Miserey, DSI de l’Agglomération Hérault Méditerranée, « cela passe d’abord par un investissement en fibre optique, entrant dans le cadre de l’aménagement du territoire et pour lequel le retour sur investissement rapide ne doit pas être privilégié par les responsables politiques. La réalisation d’une connectivité à très haut débit, mais à bas coût, étant un élément déterminant pour permettre aux entreprises de rester compétitives et un facteur d’attractivité économique du territoire ». Le schéma directeur validé en 2010 prévoit donc la connexion de l’ensemble des communes de l’agglomération Hérault Méditerranée, des parcs d’activité et en priorité les mairies et les bâtiments publics. Cette nouvelle infrastructure constitue une incitation forte pour les communes à partager les coûts informatiques, qu’il s’agisse des matériels, des logiciels et de la maintenance.

Un catalogue de services mutualisés…

Le premier objectif des responsables de la communauté d’Agglomération est de proposer un catalogue de services mutualisés. Toutes les mairies, mêmes les plus petites, disposent actuellement de systèmes informatiques mais se trouvent souvent en position de faiblesse vis-à-vis des prestataires et des éditeurs de logiciels. Dans un premier temps, la création d’un groupe fermé d’utilisateurs (GFU), opérée par la DSI de l’Agglomération, assure la communication entre tous les systèmes informatiques des communes. Ainsi chaque mairie peut, si elle le souhaite, effectuer ses sauvegardes sur le serveur d’une autre commune. Au-delà de cet exemple, les communes perçoivent rapidement l’avantage de transférer les responsabilités de la gestion systèmes à la DSI de l’agglomération.

… Et des économies d’échelles

Le deuxième objectif est de réaliser des économies d’échelles, essentiellement sur les acquisitions de logiciels, de matériels et sur les coûts de maintenance. L’idée étant de mettre en place des serveurs applicatifs mutualisés, opérés par l’Agglomération, avec de fortes économies à la clé et une plus grande disponibilité des systèmes. Cette mutualisation va renforcer le poids des communes vis-à-vis des fournisseurs et leur donner plus de marges de manœuvre dans les renouvellements de contrats. Cette nouvelle configuration des systèmes d’information a bien sûr un coût, mais les économies attendues en contrepartie sont très significatives. Le projet de la mutualisation s’étend à d’autres offres de services, notamment en ce qui concerne l’Internet, les télécommunications, la vidéo conférence, un serveur de fax et une messagerie Internet collaborative.

La mutualisation des connexions Internet va notamment permettre de servir 1 Gigabit/sec sécurisé pour 30 euros par mois aux utilisateurs, qui se trouvent actuellement confrontés à une offre très limitée (maximum 500 Mégabit/sec) avec des prix trois à quatre fois plus élevés. Ainsi pour certaines communes, l’interconnexion devrait réduire par 10 leurs coûts d’Internet, après amortissement sur deux ans de l’investissement nécessaire.

Actuellement, sept communes sont connectées sur les dix-neuf communes constituant la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée. Six autres communes seront connectées en 2016. Le schéma directeur s’étend jusqu’à 2019 pour la connexion des entreprises et des collectivités territoriales et il doit ensuite permettre aux particuliers l’accès à l’Internet à très haut débit. La création d’un Gix dans la région (Occitan-iX) et de datacenters locaux contribuera à renforcer l’attractivité de cette agglomération.

Le site Agglo Hérault Mediterranée
Le site Agglo Hérault Mediterranée
Daniel Bonnet