Accueil Interview AppliDis : et vos applications virtuelles s’ouvrent quasi en temps réel

AppliDis : et vos applications virtuelles s’ouvrent quasi en temps réel

AppliDis
AppliDis Fusion

A l’heure de la (presque) migration vers Windows 10, les solutions de virtualisation des applications et des postes de travail prennent un intérêt supplémentaire. Celle de Systancia, AppliDis 5, innove dans un marché qui « ronronne » un peu, trusté par les américains. Précisions avec Christophe Corne, fondateur et président du directoire de Systancia.

Alors que les entreprises réfléchissent à leur migration vers Windows 10, l’intérêt d’une solution de virtualisation est de pouvoir mettre à disposition de milliers d’utilisateurs le nouvel OS d’un simple clic. Avec une infrastructure rationnalisée, les migrations ne se font plus que dans le datacenter, et non plus sur le poste de travail. D’autres avantages existent tel que la réduction des coûts, la haute disponibilité des applications, la « cloudification » des applications métiers non développées en interface Web, etc. Des applications que l’on peut mettre dans le Cloud ou dans le datacenter de l’entreprise ou dans le deux.

L’éditeur français Systancia pourrait-il faire de l’ombre à un Citrix ou un VMware  avec la nouvelle version de son AppliDis Fusion, une solution qui combine virtualisation de postes de travail et virtualisation d’applications dans une seule console d’administration ? En tout cas, la version 5, qui a été dévoilée le 20 mai 2015 lors de la keynote annuelle de l’éditeur, apporte de vrais changements en intégrant les technologies de Machine Learning et de prédictivité issue du Big Data.

« La version 5 est un vrai cap pour nous. C’est notre plus importante sortie produit. Au marché de l’apprécier », nous explique Christophe Corne, qui se félicite des bons retours de ses utilisateurs, de ses prospects et de ses partenaires. « On a fait des présentations à notre nouveau club utilisateurs créé en janvier 2015 – qui va regrouper une quarantaine de clients à terme – et à une trentaine de partenaires-clé en avril, avec un écho très positif. » La société vient également de terminer son tour de France pour présenter son produit, d’Aix-en-Provence à Lille.

" La version 5 est un vrai cap pour nous. C’est notre plus importante sortie produit."
 » La version 5 est un vrai cap pour nous. C’est notre plus importante sortie produit. »

 

Des applications qui s’ouvrent quasi en temps réel

« Aujourd’hui, beaucoup de nos concurrents ont mis en avant la mobilité, le BYOD, ce qui n’est pas inintéressant, mais tous ont oublié quelque chose d’important : garantir la meilleure disponibilité des applications pour un coût plus faible. » A l’écoute des clients et prospects trouvant les temps d’accès aux applications et d’ouverture du poste de travail encore trop longs, Systancia s’est donc demandé comment faire en sorte qu’une application s’ouvre quasi en temps réel, qu’elle soit sur le serveur juste à côté ou à l’autre bout de la planète dans le Cloud, Microsoft Azure ou autre, pour, au final, améliorer la productivité. « Pour résoudre cette difficulté, on a travaillé avec un laboratoire de recherche universitaire, le MIPS à Mulhouse, qui nous a permis de faire de la prédictivité avec la technologie du machine learning  : si un utilisateur à l’habitude de charger Word ou son application métier à 8 h 30 en arrivant au bureau le lundi, eh bien, on précharge l’application à 8 h 15 la semaine suivante. Nous sommes les premiers à le faire ». Systancia est allé au bout de la logique de cette approche dans l’interface de la console d’administration : l’administrateur décide lui-même du temps qu’il souhaite pour l’ouverture d’une application, en jouant sur ses ressources serveurs. Une console d’administration qui a d’ailleurs été entièrement redéveloppée en HTML 5, « très ergonomique, fluide, moderne, comme on peut en trouver dans nos produits courants de la vie quotidienne ».

console d'administration
La console d’administration.

« Pousser » les applications du smarphone sur n’importe quel écran

Côté mobilité, Systancia a voulu aussi se démarquer et faire plus qu’une simple possibilité d’ouverture d’applications sur smartphone ou tablette – de nombreuses applications métiers y perdent d’ailleurs beaucoup dans leurs fonctionnalités. «  A partir d’un simple glisser du doigt, l’utilisateur peut «  pousser » son application en temps réel sur n’importe quel terminal », explique Christophe Corne. Et de citer de nouveaux usages liés à cette possibilité. « Par exemple, si je vais dans un cybercafé en Chine où les ordinateurs sont particulièrement surveillés, j’arrive avec mon smartphone sur lequel j’effectue mon authentification, et je pousse mon application sur l’écran de l’ordinateur du cybercafé. » Autre exemple : pousser l’application sur son téléviseur, le smartphone servant de clavier.

ApplisDis sur smartphone
ApplisDis sur smartphone

Avec ses 45 collaborateurs, dont un tiers pour la recherche et développement, Systancia est présent dans le secteur privé et public, et en particulier dans le secteur de la santé (le CHU de Toulouse par exemple a adopté sa solution). Depuis quelques mois, la société grandit avec des projets qui atteignent ou dépassent les 10 000 utilisateurs, nous confie Christophe Corne, qui développe de nouveaux marchés en Suisse, Belgique et Québec. « Avant la version 5, on pouvait être perçu comme un simple suiveur. Maintenant, on est un acteur qui innove, qui fait mieux que ses concurrents et qui mérite d’être testé et évalué», conclut Christophe Corne qui s’en remet au marché.

Juliette Paoli