Accueil Cybersécurité Allemagne : le réseau des ministères infiltré par le groupe de hackers...

Allemagne : le réseau des ministères infiltré par le groupe de hackers russes ATP28

Hacker
12 agents russes inculpés

Des hackers russes ont réussi à s’infiltrer dans le réseau de données de deux ministères allemands, affirme l’agence de presse DPA citant des sources proches des services de renseignements.

Selon ces sources anonymes, le groupe russe « ATP28 » également connu sous les noms de « Pawn Storm », « Fancy Bears » ou « Tsar Team » a piraté les systèmes des ministères de la Défense et des Affaires étrangères sur une longue période, au moins un an, et s’est procuré plusieurs données, affirme DPA, sans préciser lesquelles. Les services de renseignements allemands avaient fait état de l’attaque en décembre dernier. Si elle se confirme, elle serait la plus importante subie par l’Allemagne, selon DPA. Interrogé par l’AFP, un porte-parole du ministère de l’Intérieur a indiqué que les autorités enquêtaient « sur un incident touchant à la sécurité du système d’information, qui concerne (…) les réseaux de l’Etat« , sans vouloir entrer dans les détails.

Plusieurs campagnes électorales affectées par le groupe

Les autorités du pays avaient redouté des cyberattaques l’an passé susceptibles de perturber les élections législatives du 24 septembre. Les renseignements allemands ont accusé à plusieurs reprises les services secrets russes de mener des campagnes internationales de cyberattaques à des fins d’espionnage et de sabotage, notamment en 2015 contre le Bundestag, la chambre des députés.
Plusieurs campagnes électorales ont été affectées par des piratages informatiques attribués au groupe « Fancy Bears », comme aux Etats-Unis en novembre 2016, contre le Parti démocrate d’Hillary Clinton, ou en France, où des milliers de documents internes de l’équipe du futur président Emmanuel Macron avaient été diffusés sur internet juste avant le deuxième tour de la présidentielle l’an dernier.
C’est un rapport de l’entreprise japonaise de cybersécurité Trend Micro qui avait attribué au groupe russe une tentative de hameçonnage (phishing) à grande échelle contre la campagne Macron.

 

Auteur : La Rédaction avec AFP