Accueil Cloud computing A Marseille, Interxion ouvre un datacenter dans une ancienne base allemande de...

A Marseille, Interxion ouvre un datacenter dans une ancienne base allemande de sous-marins

MRS3. @Interxion

Un datacenter du groupe américain Digital Realty/Interxion a ouvert dans une ancienne base de sous-marins de l’armée allemande de la Seconde Guerre mondiale dans le port de Marseille, véritable « hub numérique mondial ».

Baptisé MRS3 (troisième centre de données d’Interxion à Marseille), le datacenter de 16,5 mégawatts et de 7 000m³ d’espaces informatiques, a été en partie mis en service le 1er juillet, en attendant l’arrivée complète de ses clients (géants internationaux du Cloud, grands diffuseurs de contenus, entreprises privées). Tous vont utiliser ce centre pour s’interconnecter entre eux.

A terme, environ 300 personnes, dont une soixantaine de salariés d’Interxion, travailleront dans ce bâtiment abandonné depuis plusieurs dizaines d’années du Grand port maritime.
« Cette base est indestructible et capable de résister à des bombes de 10 tonnes grâce à un toit en béton armé de 5,5 mères d’épaisseur« , glisse Fabrice Coquio, le président d’Interxion France, précisant avoir retrouvé des restes de la présence allemande, dont des « croix gammées » sur des murs, et des traces de bombardements.

Marseille, second point d’attraction des datacenters

Le groupe veut faire de Marseille le second point d’attraction des datacenters en France. « En tout, nous avons investi environ 300 millions d’euros et ce n’est pas fini car nous allons construire un quatrième centre d’ici 2024 d’une taille équivalente à celle du MRS3« , a précisé M. Coquio.
« Nouveau hub mondial« , Marseille se trouve aujourd’hui « au cœur » de l’industrie mondiale des câbles sous-marins, « reliant 4,5 milliards d’utilisateurs cloud et média numérique dans le monde ». Quatorze câbles sont reliés à la ville, avec le projet d’en voir environ six supplémentaires connectés d’ici deux ans.

Devant Marseille, la région Ile-de-France, et particulièrement la Seine-Saint-Denis, concentre beaucoup de grands datacenters français. Interxion a d’ailleurs lancé la construction à la Courneuve d’un mégacentre de données, qui sera, selon lui, le plus puissant de France. Les travaux sont en cours sur ce nouveau campus nommé « Paris Digital Park ». Il comptera quatre datacenters. Le premier, d’une puissance de 19 MW, devrait ouvrir en août 2021, comme nous l’a révélé en mai Fabrice Coquio.

 

Auteur : La Rédaction avec AFP