En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 26/09/2017
    Salons Solutions 2017

    Les Salons Solutions - ERP, CRM, BI et Big Data, E-achats, Demat', Serveurs & Applications…

    en détail En détail...
  • 11/10/2017
    Les Assises de la sécurité et des systèmes d’information 2017

    La 17ème édition des Assises de l'événement incontournable en matière de cybersécurité aura lieu du 11…

    en détail En détail...
Paessler_Restez-au-top-Securite_Leaderboard

Il faut des humains pour contrôler les datacenters !

Paessler_Restez-au-top-Securite_Pave

Il y a  bien des moyens de transports sans conducteurs, par exemple. Mais le directeur général d’ Equinix France, Régis Castagné, estime que les datacenters ne pourront jamais être gérés par des robots.

Tribune libre, par Régis Castagné, Directeur général Equinix France

Récemment dans la presse, d’éminents spécialistes ont prôné le développement de datacenters 100% automatisés, s’affranchissant de toute présence humaine. C’est le cas par exemple de l’ancien PDG de Sun qui considère que la complexité est telle dans un centre de données que des êtres humains ne peuvent parvenir à la gérer… Mais au fond, c’est surtout la question du coût des ressources qui le préoccupe : « Le principal coût de l’informatique réside avant tout dans les ressources humaines, pas les machines. Retirons-les de l’équation… ».

Automatiser ne signifie pas remplacer les compétences

Il est vrai qu’aujourd’hui, le monde des datacenters repose sur l’automatisation et l’industrialisation. Lorsqu’on veut atteindre un niveau de disponibilité premium, c’est-à-dire au minimum de 99,999%, il est tout à fait critique d’automatiser et d’industrialiser les processus de gestion informatique. Mais ceci n’enlève en rien l’apport de compétences spécialisées, dans un environnement par définition complexe et hétérogène : les systèmes d’information des clients des datacenters sont traditionnellement composés de technologies différentes et le parc machine du datacenter, lui également, est hétérogène. Chaque client présente des besoins particuliers et il n’existe pas de schéma technique immuable. L’opérateur du datacenter est ainsi contraint de personnaliser sa réponse en fonction du besoin de l’entreprise. Sa principale qualité réside donc dans sa flexibilité et son adaptabilité.

En conséquence, s’il est possible d’automatiser certaines opérations – à l’aide de sondes, de processus, d’alarmes, etc. – il faut aussi des hommes pour piloter l’ensemble de ces processus et de ces automatismes, tout en garantissant la qualité du service fourni. Le « control room », centre de pilotage du datacenter, regroupe non seulement les technologies nécessaires à l’automatisation des processus – les fameuses technologies DCIM : datacenter infrastructure management – mais également et surtout toute l’intelligence humaine permettant de gérer la complexité inhérente à tout système d’information moderne.

Les machines ne déballeront pas des machines…

Par ailleurs, certaines opérations ne peuvent être automatisées ou robotisées. Je pense par exemple à la fourniture du service, c’est-à-dire lorsqu’une entreprise déploie tout ou partie de son infrastructure dans un datacenter : il est tout à fait inimaginable que des machines déballent d’autres machines, les installent, les branchent et surtout, les paramètrent. Ces gestes de proximité ne peuvent être assurés par des robots, ni aujourd’hui ni dans 10, 20 ou 30 ans.

Bien que l’on sache que par définition un processus ou une machine peuvent fonctionner « seuls », ceci s’applique principalement lorsque tout fonctionne comme prévu. Mais en situation de crise – une panne, une catastrophe naturelle, un incendie… – des décisions doivent être prises, sur la base d’une compréhension totale de la situation obtenue grâce à des analyses ciblées et ce, le plus rapidement possible. Si l’automatisation apporte cette « remontée » rapide d’informations, c’est bien l’humain qui les analyse et prend les décisions ad-hoc en s’appuyant sur sa connaissance de l’infrastructure et son appréhension des besoins du client.

« L’avenir des datacenters passe et passera par les ressources humaines. »

L’une des principales valeurs que nous cherchons à mettre en avant est justement matérialisée par les ressources humaines : notre compétence. Nous avons fait le choix de maintenir en interne nos propres équipes techniques, alors que d’autres ont préféré faire appel à des sous-traitants. Nous avons choisi d’investir dans ces compétences, afin de disposer de ressources que nous pouvons contrôler et d’un savoir-faire que nous maîtrisons, ce qui est loin d’être le cas de tous les opérateurs.

Pour toutes ces raisons, nous sommes en mesure d’affirmer que l’avenir des datacenters passe et passera par les ressources humaines. Charge à nous d’assurer une parfaite alchimie entre automatisation et industrialisation d’un côté, et flexibilité, adaptabilité et compétences de l’autre. Notre métier justement consiste à valoriser le meilleur de ces deux mondes.

Il faut des humains pour contrôler les datacenters !
Notez cet article

Laisser un commentaire

Intégrer une solution de communication unifiée

La communication remplace la simple téléphonie, avec intégration des e-mails, téléphone fixe et mobile, chat, visioconférence, social média, web…

Lire le livre-blanc

Sondage

Windows 10 et vous

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Face à Facebook et Google, les médias américains s'unissent

    Négocier d'une même voix face au "duopole" que forment Google et Facebook, voilà ce que…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Expertise- Cinq étapes pour gérer les vulnérabilités et les licences des logiciels open source

    Les risques concernant la sécurité et la conformité des composants tiers atteignent des proportions incontrôlables,…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Navigateurs Internet : Google Chrome écrase la concurrence

    Google Chrome tient le haut du pavé avec ses 51,6% de parts de marché mondiales.…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
GlobalK_Nutanix_skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
elo_processus pointe_skyscraper