En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 20/03/2018
    IT & IT Security Meetings 2018

    IT Meetings devient IT & IT Security Meetings et ouvrira ses portes en mars, du…

    en détail En détail...
  • 20/03/2018
    Edition 2018 des salons Solutions RH

    L’édition 2018 du rendez-vous de toute la communauté RH, avec 3 grandes manifestations aura lieu…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Câblage de réseau informatique pour un menuisier agenceur
    A déterminer €
    > En savoir plus
  • Création et gestion d'une base de données à partir d'un application Web
    A déterminer €
    > En savoir plus
  • Création de site Internet vitrine d'une entreprise de vente de matériel informatique
    < 1000 €
    > En savoir plus
ITrust_SOC_leaderboard

IBM met en place en interne sa propre supply chain « intelligente »

BigData2018_pave

Avec Watson, l’intelligence artificielle qu’il a développée, intégrée à la plate-forme Supply Chain Insights qu’il a construit, le groupe IBM a réduit ses coûts et gère mieux ses risques logistiques.

On n’est jamais si mieux servi que par soi-même… et par son intelligence artificielle. Le groupe informatique américain IBM a mis cela en application dans sa propre supply chain. Celle-ci compte six principaux centres de traitement logistique et 11 000 fournisseurs à travers le monde. La bonne exécution des flux logistiques repose sur une bonne maîtrise des flux d’informations Supply Chain. Pas facile quand comme le géant américain, on compte 30 systèmes ERP et de nombreuses sources de données externes. Ainsi, le défi était de réduire les perturbations dans la chaîne d’approvisionnement, tout en sachant tirer partir des « dark data » qui représentent 80% des données collectées, et qui sont non structurées, qu’on ne sait a priori pas utiliser.

Elémentaire, mon cher Watson

Le géant informatique s’est appuyé sur son intelligence artificielle Watson pour développer un outil de visibilité supply chain avec des capacités d’apprentissage automatique intégrées. Cette plateforme, qui a coûté 30 millions de dollars (24,3 millions d’euros) permet d’identifier et d’atténuer les risques liés aux opérations supply chain. Elle permet de savoir en temps réel ce qui se passe dans la supply chain et de gérer, voire d’anticiper les problèmes.

Pendant trois ans, jusqu’à 2017, IBM a peaufiné sa plateforme opérationnelle Supply Chain Insights. Elle utilise à la fois les données issues des systèmes ERP du groupe et des données non structurées internes ou externes. Elle comporte trois éléments.
Le centre opérationnel gère les informations relatives aux opérations logistiques et émet des alertes configurables. Il évalue instantanément l’impact financier des risques imminents et des perturbations de la chaîne. Il offre de la visibilité sur les événements internes et externes affectant la chaîne d’approvisionnement. Selon IBM, il permet de réduire le temps de récupération des informations de 90%.

La salle de résolution des problèmes détectés, qui utilise Ask Watson, combine l’expertise des opérationnels, des analystes data et les capacités d’apprentissage cognitif de Watson. Tous communiquent en langage naturel. Watson, en utilisant la connaissance et les données accumulées relatives au genre de problème à traiter, va suggérer à ses interlocuteurs d’aller consulter des données clefs relatives à des cas similaires et voir comment ils ont été résolus. Il va envisager les causes probables du problème. Il va aussi suggérer l’expert à qui s’adresser, émettre une recommandation pour résoudre le problème. D’assistant, il devient conseiller. « Il faut identifier quelles données on ingère à Watson, précise Chris Cameron, directeur des ventes de Watson Supply Chain chez IBM. Il ne faut pas tout lui apprendre, mais suffisamment, en fonction du cas d’usage à traiter. Par exemple, on commence avec les données d’une usine, puis on ajoute progressivement d’autres données. » Ses recommandations sont notées par les opérationnels, ce qui permet à Watson de les affiner au cours du temps. IBM prend l’exemple d’un problème qui auparavant nécessitait 175 échanges et 3 jours pour le résoudre, qui en trois itérations, ne demandent plus que 3 échanges et 5 minutes pour être résolu. Les consultants en supply chain auraient-ils du souci à se faire ?
Enfin, dernier élément, la base de données de référence, qui se bâtit progressivement : elle offre un ensemble de connaissances sur la façon dont les problèmes sont résolus. Elle nourrit Watson et permet aux opérationnels de répondre plus rapidement et plus précisément aux événements à venir.

Réduction des coûts

Chris Cameron

La deuxième année de développement de la plateforme, IBM a pu réduire ses stocks de précaution avec le même taux de service. Chris Cameron explique : « Aujourd’hui nous avons une seule façon de gérer les perturbations de la chaîne d’approvisionnement. La solution a amélioré la visibilité sur la chaîne. » Au final, les décisions se font plus vite. Les chiffres rendus publics sont positifs : 52 % de réduction dans les coûts d’expédition, réduction de stocks de 18 % tout en maintenant un taux de service de plus de 95 %, réduction des coûts de structure de 2,5 %. En trois ans, ces réductions de coûts s’élèvent à 40 millions de dollars (32,5 millions d’euros).

Au vu du succès en interne, IBM a décidé de commercialiser sa solution Watson Supply Chain. Des entreprises du monde automobile et de la high tech ont déjà commencé à l’utiliser. La commercialisation en France a démarré en décembre 2017. L’objectif est de faire tourner une dizaine de pilotes en France en 2018, à partir de cas d’usages concrets susceptibles de générer du ROI. La solution se substitue, avec l’intelligence artificielle en sus, aux « tours de contrôle » que certains groupes utilisent pour avoir une bonne visibilité sur leur supply chain.

 

Auteur : Christine Calais

IBM met en place en interne sa propre supply chain « intelligente »
Notez cet article

Laisser un commentaire

L’intelligence Artificielle, une vraie rupture en Cybersécurité

L'IA ne révolutionne pas seulement la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, elle redéfinit les règles du jeu pour l'ensemble des acteurs de la sécurité. Découvrez le livre blanc de 30 pages de iTrust

Découvrez le livre blanc de 30 pages de iTrust

Sondage

RGPD : ETES-VOUS PRÊT ? Le Règlement Général sur la Protection des Données entre en application le 25 mai 2018.

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Corruption : la justice sud-coréenne libère l'héritier de Samsung

    (AFP - Jung Ha-Won) - La justice sud-coréenne a confirmé lundi la condamnation pour corruption…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Expertise - Le data thinking pour réussir vos projets de data science en 7 étapes

    Stéphane Déprès, coach Agile & Consultant expert chez inspearit, propose aux lecteurs de Solutions Numériques…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Données personnelles : 1 consommateur sur 2 ne donne pas les vraies lors d'un achat

    Une étude révèle qu'un peu plus d'un consommateur français sur deux (55 %) indique de fausses…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

Ixia_RGPD_skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
GlobalK_GDPR _skycraper