En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 11/10/2017
    Les Assises de la sécurité et des systèmes d’information 2017

    La 17ème édition des Assises de l'événement incontournable en matière de cybersécurité aura lieu du 11…

    en détail En détail...
  • 19/09/2017
    Paris Retail Week 2017

    La 3ème édition du salon Paris Retail Week, l’événement professionnel européen dédié au commerce 360°, se…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Refonte de 2 sites internet pour un groupe de 3 parcs de loisirs
    Non Communiqué €
    > En savoir plus
  • Rediffusion Styliste/Modéliste pour la création d'un modèle de casquette pour homme
    A déterminer €
    > En savoir plus
  • Création d'un site vitrine pour une société de conseil aux entreprises
    <900 €
    > En savoir plus
SIGMA_Transfo digitale_banniere animée

Google n’aura pas à payer 1,1 milliard d’euros d’impôts

Kaspersky_true-cybersecurity_pave

Le tribunal administratif de Paris a donné raison mercredi au géant américain Google qui contestait un redressement fiscal de 1,115 milliard d’euros, estimant que sa filiale irlandaise, responsable de ses opérations européennes, n’était pas imposable en France.

C’est en effet, rappelle le tribunal, la filiale du groupe américain en Irlande, Google Ireland Limited (GIL), qui est responsable de la commercialisation en Europe d’annonces publicitaires en ligne corrélées au célèbre moteur de recherche. Google France fournit de son côté, « aux termes d’un contrat conclu avec GIL, assistance commerciale et conseil à la clientèle française », les annonceurs français étant considérés comme directement clients de la filiale irlandaise, ajoute le tribunal. « La société irlandaise Google Ireland Limited (GIL)n’est pas imposable en France sur la période de 2005 à 2010« , période sur laquelle portait le contentieux, a résumé le tribunal. Il a en revanche rejeté la requête de Google qui réclamait à l’État le remboursement des frais de justice.

Google respecte les règles fiscales françaises et les normes internationales

Sommé par le fisc de payer 1,6 milliard d’euros – un montant réduit ensuite -, Google avait contre-attaqué devant la justice administrative, estimant que seule GIL était imposable, en Irlande. Le tribunal administratif a estimé, comme l’avait déjà suggéré le rapporteur public le 14 juin, que Google ne disposait pas d' »établissement stable » en France, car la filiale française ne pouvait engager juridiquement GIL, la mise en ligne des annonces commandées par des clients français étant validée en Irlande. GIL échappe en conséquence à l’impôt sur les sociétés et à la retenue à la source, selon son jugement. Concernant la TVA, il a jugé que Google France n’avait ni les moyens humains, ni des moyens techniques, de réaliser directement les prestations de publicité en cause.
Et pour la cotisation minimale de taxe professionnelle et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, le tribunal a jugé que GIL « ne disposait en France d’aucune immobilisation corporelle placée sous son contrôle, utilisable matériellement pour la réalisation des prestations de publicité litigieuses« , son matériel informatique ne permettant pas à lui seul la réalisation des prestations publicitaires de GIL en France.
« Après un examen approfondi mené par le rapporteur public, le tribunal administratif de Paris a confirmé que Google respecte les règles fiscales françaises et les normes internationales. Notre investissement en France demeure, ainsi que notre engagement au service de sa croissance numérique« , a réagi mercredi 12 juillet le groupe américain, dans un mail adressé à l’AFP.
Le fisc peut encore faire appel.

 

Auteur : La Rédaction avec AFP

Notez cet article

Laisser un commentaire

Surmonter une attaque de cryptovirus

La récente attaque WannaCry a, une fois de plus, prouvé la vulnérabilité des entreprises face aux ransomwares. Découvrez dans ce livre blanc les vecteurs de propagation des cryptovirus et comment vous en prémunir.

Lire le livre blanc

Sondage

Windows 10 et vous

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Google risque une amende record de l'UE pour abus de position dominante

    (AFP) - La Commission européenne devrait rendre dans les prochaines semaines une décision contre Google,…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Des lois pour se passer enfin du papier

    Le 5 décembre dernier en France, le décret n°2016-1673 est venu remplir le vide entourant…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Malgré le droit à la déconnexion, 8 cadres sur 10 consultent leurs communications pro pendant les vacances

    Déconnexion: près de huit cadres sur dix consultent e-mails, SMS et appels professionnels pendant leurs…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
elo_processus pointe_skyscraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Guide du Service Management pour le DSI à l’ère mobile

    > Voir le livre
  • SECTEUR DE LA SANTÉ : VOTRE MISSION EST-ELLE IMPIRATABLE ?

    > Voir le livre
elo_processus pointe_skyscraper