En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 06/12/2017
    Paris Open Source Summit

    Paris Open Source Summit, premier événement européen libre et open source, est le fruit de…

    en détail En détail...
  • 23/01/2018
    FIC 2018

    Pour son 10ème anniversaire, le Forum International de la Cybersécurité (FIC) réunira l’ensemble des acteurs…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Site internet de réservation dans le domaine du transport de personnes
    < 3 000 €
    > En savoir plus
  • Création d'un site vitrine pour un médecin
    <500 €
    > En savoir plus
  • Création d'un site de réservation pour une entreprise dans le tourisme
    < 2 500 €
    > En savoir plus
Innovaphone_AnywhereWorkplace_leaderboard

Google n’aura pas à payer 1,1 milliard d’euros d’impôts

elo_processur pointe_pave

Le tribunal administratif de Paris a donné raison mercredi au géant américain Google qui contestait un redressement fiscal de 1,115 milliard d’euros, estimant que sa filiale irlandaise, responsable de ses opérations européennes, n’était pas imposable en France.

C’est en effet, rappelle le tribunal, la filiale du groupe américain en Irlande, Google Ireland Limited (GIL), qui est responsable de la commercialisation en Europe d’annonces publicitaires en ligne corrélées au célèbre moteur de recherche. Google France fournit de son côté, « aux termes d’un contrat conclu avec GIL, assistance commerciale et conseil à la clientèle française », les annonceurs français étant considérés comme directement clients de la filiale irlandaise, ajoute le tribunal. « La société irlandaise Google Ireland Limited (GIL)n’est pas imposable en France sur la période de 2005 à 2010« , période sur laquelle portait le contentieux, a résumé le tribunal. Il a en revanche rejeté la requête de Google qui réclamait à l’État le remboursement des frais de justice.

Google respecte les règles fiscales françaises et les normes internationales

Sommé par le fisc de payer 1,6 milliard d’euros – un montant réduit ensuite -, Google avait contre-attaqué devant la justice administrative, estimant que seule GIL était imposable, en Irlande. Le tribunal administratif a estimé, comme l’avait déjà suggéré le rapporteur public le 14 juin, que Google ne disposait pas d' »établissement stable » en France, car la filiale française ne pouvait engager juridiquement GIL, la mise en ligne des annonces commandées par des clients français étant validée en Irlande. GIL échappe en conséquence à l’impôt sur les sociétés et à la retenue à la source, selon son jugement. Concernant la TVA, il a jugé que Google France n’avait ni les moyens humains, ni des moyens techniques, de réaliser directement les prestations de publicité en cause.
Et pour la cotisation minimale de taxe professionnelle et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, le tribunal a jugé que GIL « ne disposait en France d’aucune immobilisation corporelle placée sous son contrôle, utilisable matériellement pour la réalisation des prestations de publicité litigieuses« , son matériel informatique ne permettant pas à lui seul la réalisation des prestations publicitaires de GIL en France.
« Après un examen approfondi mené par le rapporteur public, le tribunal administratif de Paris a confirmé que Google respecte les règles fiscales françaises et les normes internationales. Notre investissement en France demeure, ainsi que notre engagement au service de sa croissance numérique« , a réagi mercredi 12 juillet le groupe américain, dans un mail adressé à l’AFP.
Le fisc peut encore faire appel.

 

Auteur : La Rédaction avec AFP

Google n’aura pas à payer 1,1 milliard d’euros d’impôts
Notez cet article

Laisser un commentaire

Webinaire Signature électronique

Les services de signature électronique, cachet serveur et d’horodatage Universign confèrent une dimension juridique à tous types de documents électroniques : valeur légale, intégrité dans le temps, authenticité des auteurs et des signataires.

Assister au webinaire du 30 novembre

Sondage

Noël : quel cadeau High tech pour vous même ou vos proches? (3 choix possibles)

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Revers judiciaire pour Samsung dans sa bataille contre Apple

    La Cour suprême des Etats-Unis a refusé lundi 6 novembre de remettre le pied sur…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Tribune - Sécurité et Expérience client : comment concilier les deux ?

    Dans cette tribune de Janet Marin, Senior Demand Generation chez Ping Identity, celle-ci détaille les…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Salesforce pourrait créer 108 923 emplois indirects en France d'ici 2022

    Salesforce aime à dire régulièrement combien d'emplois il génère, et combien il rapporte aux économies…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

Qualiac_HauteCouture_160x600
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
Qualiac_HauteCouture_160x600