En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 26/06/2017
    OW2con’17

    OW2 anime une communauté open source mondiale dédiée à l'essor de logiciels libres et un…

    en détail En détail...
Schneider_BackUPSApc_leaderboard

Big data: le renseignement intérieur signe un contrat avec la start-up américaine Palantir (AFP)

BlueMind_Nouvelle version_pave

La Direction générale du renseignement intérieur (DGSI) a signé un contrat avec la start-up américaine Palantir Technologies, spécialisée dans l’analyse des données à grande échelle, a indiqué vendredi une source proche du dossier, confirmant des informations de presse.

« En l’absence d’une solution française et européenne, l’appel d’offres, signé récemment, vise à équiper les services de la DGSI d’un logiciel capable de traiter le big data« , a déclaré cette source, précisant que « seule la DGSI traitera les données recueillies et non Palantir« .
A la mi-mai, le patron de la DGSI Patrick Calvar avait expliqué aux parlementaires qu’un des enjeux de la lutte antiterroriste, était de trouver des outils de « big data » pour « faciliter le travail des enquêteurs » parfois noyés par la masse des renseignements recueillis.
« Les entreprises françaises qui développent des systèmes ne sont pas encore capables de répondre à nos besoins, alors que nous devons acquérir ce big data immédiatement« , avait-il expliqué le 10 mai, devant une commission parlementaire. « Le choix n’a pas encore été fait », disait-il alors, « mais, en tout état de cause, la solution sera temporaire« .
Palantir, fondée en 2004 et basée dans la Silicon Valley, est l’une des plus grosses start-up non cotées américaines et compte parmi ses premiers investisseurs un fonds lié à la CIA (In-Q-Tel). Ses services sont aujourd’hui utilisés dans le contre-terrorisme, mais aussi le secteur financier: les médias américains ont rapporté qu’elle aurait par exemple aidé les États-Unis à retrouver Oussama Ben Laden ou à éplucher les comptes de Bernard Madoff.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Formation Virtualisation réseau

Réseaux & virtualisation, Global Knowledge délivre en direct la formation officielle VMware NSX Fast Track. Prochaine session : 12 -16 juin

Plus d'info

Sondage

La volonté de développer le Numérique doit être un critère pour le choix du Président de la République ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Juridique - Blockchain : quel potentiel pour les smart contracts ?

    La technologie de la blockchain se développe dans de nombreux secteurs d’activité très diversifiés, de…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Des lois pour se passer enfin du papier

    Le 5 décembre dernier en France, le décret n°2016-1673 est venu remplir le vide entourant…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Record de malwares en 2017, avec 7,41 millions de nouveaux codes malveillants, prédit G-DATA

    Les experts sécurité du G DATA Security Labs ont recensé 1 852 945 nouveaux types…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
BlueMind_Nouvelle version_skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
Schneider_BackUPSApc_skycraper