Accueil Cloud computing Wimi et Scaleway proposent une suite collaborative « à l’abri des lois d’extraterritorialité...

Wimi et Scaleway proposent une suite collaborative « à l’abri des lois d’extraterritorialité »

Hébergement et outils collaboratifs : les Français Scaleway et Wimi s’allient pour proposer un service complet avec « indépendance totale par rapport aux lois extraterritoriales américaines », depuis l’hébergement jusqu’à la suite logicielle.

Les acteurs du secteur avaient choisi jusqu’à présent de nouer des partenariats avec des grands acteurs américains, OVH avec Google, Orange avec Amazon ou Capgemini avec Microsoft, explique le fournisseur de Cloud Scaleway qui estime, lui, avoir créé avec Wimi « le premier partenariat français qui fournit une suite collaborative qui bénéficiera du label Cloud de confiance ».

La suite de Wimi, un éditeur français de plateformes collaboratives, comprend un drive, un chat, de la visioconférence, du partage de documents, la gestion des tâches ou encore un agenda. Elle est en cours de qualification SecNumCloud par l’ANSSI. “Avec Scaleway, nous formons le seul partenariat hébergeur – fournisseur de service, qui soit pleinement à l’abri des lois d’extraterritorialité », affirme Lionel Roux, CEO de Wimi.

Cette annonce s’incrit dans la ligne des annonces gouvernementales récentes sur le Cloud souverain. Le 17 mai dernier, Bruno Le Maire exprimait en effet la volonté de la France de voir l’émergence de solutions avec une « indépendance totale par rapport aux lois extraterritoriales américaines ».
« Wimi et Scaleway étant deux acteurs locaux, ils sont soumis aux législations françaises et
européennes les plus strictes en matière de protection des données. Par leur ADN, les deux entités sont strictement immunisées face à des législations non-européennes à portée extraterritoriales, de bout en bout (de la localisation physique des datacenters opérés par un acteur français à l’exploitation logicielle), garantissant à leurs clients une entière transparence, un plein contrôle et une réelle certitude juridique quant au statut de leurs données », expliquent les deux acteurs.

La suite de Wimi équipe déjà l’Assemblée nationale et divers ministères et administrations.