Accueil Cybersécurité Une clinique de chirurgie esthétique londonienne, fréquentée par des célébrités, piratée

Une clinique de chirurgie esthétique londonienne, fréquentée par des célébrités, piratée

Hacker
Pirate informatique

Selon AFP, la police britannique a indiqué mardi 24 octobre enquêter sur un vol de données lors d’une attaque informatique contre une clinique de chirurgie esthétique réputée à Londres.

La police londonienne « a été informée d’un vol de données dans une clinique de chirurgie plastique à Londres » le 17 octobre, précise la police dans un communiqué, ajoutant que les investigations sont menées par des enquêteurs chargés de la lutte contre le crime organisé.
La London Bridge Plastic Surgery (LBPS), qui se décrit sur son site internet comme « l’une des principales cliniques de chirurgie esthétique au Royaume-Uni« , a confirmé avoir été la cible d’une cyber-attaque, se disant « horrifiée » qu’elle ait visé des patients. « Nous avons pris des mesures pour arrêter l’attaque immédiatement afin de protéger les informations des patients et nous avons informé la police« , a expliqué un porte-parole dans un communiqué. « Malheureusement, à la suite d’une enquête menée par nos experts informatiques et la police, nous pensons que notre sécurité a été compromise et que des données ont été volées« , dont la nature doit encore être déterminée, a-t-il ajouté. « Le groupe derrière l’attaque est très sophistiqué et bien connu des différentes polices pour avoir visé d’importants prestataires médicaux américains et des entreprises au cours de l’année écoulée« , a indiqué la clinique.

The Dark Overlord, auteur présumé de l’attaque

Selon The Daily Beast, l’attaque contre la clinique fréquentée par des célébrités a été menée par The Dark Overlord, qui l’a revendiquée auprès du site d’information américain. Il s’agirait du même groupe à l’origine d’une attaque informatique contre la plateforme américaine Netflix, qui diffuse séries, films et documentaires. Un représentant des hackers a dit au Daily Beast avoir « des térabytes » de données, certaines concernant « des familles royales« , qu’il a menacé de publier. Ce groupe de pirates informatiques aurait mis la main sur de nombreuses photos montrant différentes parties du corps de patients, y compris la poitrine ou les parties génitales.

 

Auteur : La Rédaction avec AFP