Accueil Cloud computing Une approche hybride pour affronter les attaques DDoS

Une approche hybride pour affronter les attaques DDoS

La combinaison de protections déployées sur le Cloud et sur site est nécessaire pour lutter contre les attaques DDoS soutient Laurent Pétroque, expert de ce type menaces chez F5 Networks.  Il explique pourquoi.

Le site du gouvernement hollandais a été victime d’une attaque DDoS assez massive ayant entraînée une perte de service durant presque 10 heures. Les techniques utilisées sont des techniques de nouvelle génération. Les différentes équipes sécurité ainsi que les différents partenaires sécurité du gouvernement hollandais ont eu du mal à contenir cette attaque DDoS d’un nouveau genre. Il a fallu que toutes ces équipes analysent plus finement l’attaque pour la contenir le mieux possible.

Le simple volume de bande passante pouvant être exploité par une attaque est bien sûr problématique. Avec une consommation qui tutoie fréquemment les centaines de gigabits par seconde grâce à la combinaison dévastatrice des attaques par amplification et par réflexion, de nombreuses entreprises visées par une agression DDoS réalisent que leur connectivité à Internet représente un sérieux handicap face à ces menaces. Alors que des technologies émergentes telles que les architectures définies par logiciel (SDN) ou les réseaux virtuels permettent de répondre immédiatement à des besoins de capacité supplémentaire pour les services liés au réseau, il n’en reste pas moins que si la connectivité est compromise, l’ajout de capacité additionnelle au-delà du périmètre de l’entreprise a peu de chances d’être d’une quelconque utilité.

En d’autres termes, si un hacker peut injecter des informations malveillantes en quantité suffisante pour saturer complètement votre connectivité Internet, une solution sur site ne sera à elle seule d’aucun secours. C’est pourquoi nombre d’analystes de renom recommandent la mise en œuvre d’une approche hybride pour affronter ces attaques DDoS.

L’approche DDoS hybride

Une approche hybride associe un service de détection et d’atténuation des attaques DDoS hors site (déployées sur le Cloud) à un ensemble de protections sur site. En permettant aux entreprises de tirer parti de la large bande passante disponible à proximité de la dorsale Internet — où résident la plupart des lanceurs d’attaques DDoS sur le Cloud lorsque des attaques « sur-souscrivent » leur propre connectivité tout en maintenant un haut niveau de sécurité sur site pour contrer la plupart des attaques volumétriques —, une telle approche est également adaptée aux attaques DDoS plus insidieuses, qui sont amorcées au niveau de la couche applicative.

Des solutions hybrides apportent la résilience et l’envergure des solutions basées sur le Cloud avec, en plus, la granularité et les fonctionnalités opérationnelles en permanence qui caractérisent les solutions déployées sur site. Plus important, une architecture DDoS hybride bien intégrée permet aux entreprises de faire face de manière plus efficace et plus rentable à des menaces qui se produisent rarement ; mais sont beaucoup plus dangereuses.

De plus, ces attaques sont rendues plus dangereuses par la façon dont les entreprises réagissent (naturellement) face à une attaque DDoS. Il est relativement courant qu’une entreprise qui se trouve sous le feu d’une agression concentre ses efforts sur la prévention des interruptions de service. Étant donné que les services de sécurité reposant sur de coûteuses ressources informatiques affichent rapidement leurs limites face au volume du trafic, la réaction consiste souvent à les fermer purement et simplement. Cela signifie que les systèmes de protection des identités (IPS), les pare-feu applicatifs et les systèmes de détection anti-fraude — entre autres — sont éliminés du chemin critique. Le trafic DDoS qui emprunte le réseau peut, dans une large mesure, être détecté et rejeté mais soudain, les attaques lancées au niveau de la couche applicative qui sont cachées dans les attaques volumétriques ont toute latitude pour « revenir » au niveau des applications. Fondamentalement, les défenses de la couche applicative sont traitées comme du lest dont on se débarrasse pour maintenir un bateau, c’est-à-dire le réseau, à flot.

Une approche hybride peut tirer parti de la capacité supplémentaire disponible sur le Cloud pour que les entreprises ne soient pas submergées par le volume excessif généré par certaines attaques, tout en leur permettant de se protéger contre des agressions plus fréquentes, mais plus faciles à maîtriser. Il est sans nul doute difficile de mettre en œuvre une solution anti-DDoS exclusivement déployée sur le Cloud si elle est utilisée pour contrer les attaques DDoS une par une, mais le jeu en vaut la chandelle en cas d’opération de grande envergure.

Une approche hybride constitue à n’en pas douter la meilleure approche architecturale dont disposent actuellement les entreprises pour limiter de manière rentable et efficace les risques associés aux attaques DDoS au sens large : une solution intégrée qui associe les outils déployés sur site et sur le Cloud représente la clé d’un processus d’intégration parfaitement transparent.

Juliette Paoli