Accueil Datacenter Un mini-datacenter prêt à installer sur une simple place de parking

Un mini-datacenter prêt à installer sur une simple place de parking

Né du projet nu@age, dont l’objectif est de construire le Cloud de demain, le StarDC de l’opérateur national CELESTE est un mini-datacenter modulaire, prêt à être installé. Son lancement est inauguré demain.

nu@age, c’est ce projet de recherche collaborative soutenu par le Fond pour la Société Numérique et qui vise à bâtir un cloud computing écologique, ouvert et réparti. Lancé en janvier 2012, il regroupe plusieurs PME (CELESTE, Oodrive, Alphalink, New Generation SR, Non Stop Systems, DotRiver) et 2 laboratoires du LIP6 (Université Pierre et Marie Curie). Sa mission se termine, et les résultats du consortium seront communiqués demain, nous a annoncé CELESTE, l’un des acteurs. Via ce programme nu@age, l’ambition du fournisseur de solutions haut débit et haute-disponibilité pour les entreprises était de poursuivre ses travaux d’étude pour disposer d’un prototype de centre de données haute densité, modulaire et écologique, pouvant être déconstruit après utilisation. L’opérateur national officialisera donc demain également le lancement de son StarDC, son nouveau type de datacenter, « pas plus grand qu’une place de parking, mais TIER 3, écologique et qui permet aux entreprises et collectivités de conserver leurs données près de leurs locaux », nous indique Frédérique Dofing, directrice générale de Céleste.

Les caractéristiques d’un datacenter professionnel

En l’absence de salle informatique dédiée sur place ou d’hébergeur de qualité régional, ce mini-datacenter se veut une solution alternative, prêt à être installé et fonctionnel en 4 mois. D’une conception modulaire, il offre 4 baies utiles ou une capacité de 168 serveurs, 20 kVA (18kW) de puissance avec un raccordement à la fibre optique 1 G en option. Il dispose de deux voies électriques indépendantes et d'un tableau électrique. Un groupe électrogène est proposé en option (capacité de 66 kVA ou 53 kW) en cas de coupure, sachant que le StarDC offre en standard une autonomie de 20 minutes. Du côté du monitoring, le StarDC permet des mesures avancées de la température en 24/7 pour piloter le fonctionnement en free-cooling, la supervision des composants techniques avec un écran local et celle des principaux éléments techniques gérables. Enfin, en option, il est possible d’installer un accès sécurisé avec contrôle biométrique et vidéo-surveillance.

Juliette Paoli