Accueil Métiers - Business Truffle 100 France, 9ème édition

Truffle 100 France, 9ème édition

Truffle Capital, publie la neuvième édition de son « Truffle 100 France », observatoire des 100 premiers éditeurs de logiciels en France. Le « Truffle 100 », a été réalisé sous le haut patronage de Madame Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique, et en partenariat avec les analystes du CXP (Centre d'Expertise des Progiciels), qui ont mené l'étude qui a servi à la publication de l'indice.

« Ce secteur est notre avenir et la France a de nombreux atouts, dont une recherche publique de référence au niveau mondial, et un écosystème industriel particulièrement dynamique pour l'innovation entre grands acteurs, PME/ETI et innovateurs. Le numérique constitue l'un des principaux enjeux de la recherche française et européenne et le logiciel en fait partie. Il apparaît comme l'un des leviers les plus stratégiques à actionner pour améliorer la compétitivité de nos entreprises (…) Le numérique a déjà bouleversé nos vies et va continuer de le faire en matière de santé, d'éducation ou d'aménagement du territoire. C'est aussi un levier extraordinaire pour donner une chance à la jeunesse ! Voilà pourquoi nous ferons de la France la première nation numérique d'Europe », souligne Fleur Pellerin,  Ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique.

Voir aussi : Fleur Pellerin « le secteur du logiciel est central pour toute l'économie française »

« Cette 9ème édition continue à souligner le dynamisme et le poids de l'industrie du logiciel. Avec 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 75 000 emplois, dont 14 000 postes qualifiés de Recherche et Développement, les éditeurs de logiciel français sont assurément les bons élèves de la classe. A contre-courant et en dépit du mauvais temps, ils avancent, croient en l'avenir, et réinvestissent obstinément leurs bénéfices dans l'innovation et les produits de demain. L'industrie du logiciel innove et créée de nombreux emplois, mais elle est restée jusqu'ici le parent pauvre des politiques industrielles », souligne Bernard-Louis Roques, co-fondateur de Truffle Capital en charge des Technologies de l'Information. « Nous espérons que l'ambitieuse feuille de route gouvernementale pour le numérique, récemment dévoilée par Fleur Pellerin, favorisera l'essor des éditeurs de logiciels français : en leur réservant systématiquement une partie des appels d'offres publics, à l'instar du 'Small Business Act' en vigueur aux Etats-Unis depuis… 1953 ; et notamment en développant le capital-risque, car le financement est le 'nerf de la guerre'. A noter que Mme la Ministre a déjà annoncé que 2% des commandes publiques seront réservées à des produits innovants de moins de 3 ans, ce qui représente un objectif de 500 millions à 1 milliard d'euros d'achats d'innovations. Par ailleurs, 150 millions d'euros seront mobilisés au titre du Programme d'Investissements d'Avenir au profit du « cœur de filière » du numérique (objets connectés, informatique en nuage, « big data » etc.). De plus, 300 millions d'euros seront disponibles à la Banque Publique d'Investissement (BPI) pour les prêts numériques qui permettront de moderniser les entreprises par le recours aux outils numériques. Enfin, le Gouvernement vient de décider de mobiliser l'épargne populaire pour financer les entreprises et en particulier les PME de croissance. Dès 2013, 250 millions d'euros seront investis dans des PME non cotées, chaque année, soit 1,25 milliard d'euros sur 5 ans, en partenariat avec la BPI et des investisseurs privés. L'industrie du logiciel mérite une véritable politique industrielle qui croit en elle! », termine Bernard-Louis Roques.

« Le cloud va continuer à doper, cette année, l'industrie du logiciel, entraînant dans sa spirale les éditeurs de logiciels et toute une série d'acteurs gravitant dans leur écosystème », souligne Laurent Calot, Président du Directoire du CXP.

Né en 2005, à l'initiative de Truffle Capital et de Bernard-Louis Roques et réalisé par le CXP, le « Truffle 100 France » est devenu l'indice de référence pour mesurer l'activité de l'industrie du logiciel en France. Le « Truffle 100 » européen a suivi en 2006 avec une reconnaissance égale pour prendre la température de l'industrie du logiciel au niveau européen, puis le « Truffle 100 European clusters » en 2009.

Un secteur créateur d'emplois et d'innovation – Si l'effectif total des sociétés continue à progresser, passant de 63 070 personnes en 2011 à 75 910 en 2012, le nombre de chercheurs stagne depuis 2006. Il est même en léger recul depuis 2 ans, passant de 12 210 en 2011 à 13 990 en 2012, soit 18% de l'effectif total comparé au 19% de 2011. On constate que si le nombre d'éditeurs n'envisageant pas de délocaliser leur R&D reste majoritaire, ce chiffre est en recul passant de 79% en 2011 à 68% en 2012. Le nombre de sociétés cotées reste stable (31 comme en 2011).

Augmentation forte des investissements en R&D (+ 37%)

Les investissements en R&D passent de 807 millions d'euros en 2011 à 1 106 millions en 2012.

Une concentration du chiffre d'affaires – Le chiffre d'affaires total a bien progressé (9 milliards d'euros en 2012 contre 7,7 milliards en 2011 soit + 17%, et 5,9 milliards contre 5,2 milliards en 2011 soit +13,5% pour le chiffre d'affaires Edition du Truffle 100). La répartition du chiffre d'affaires Edition reste très inégale en termes de poids : la société leader, Dassault Systèmes, représentant 31,6% du chiffre d'affaires (34,2% en 2011) ; 20,6% pour le TOP 2 à 5 (20% en 2011); 22,7% pour le TOP 6 à 20 (20,4% en 2011) ; 14,3% pour le TOP 21 à 50 (14,5% en 2011) en légère régression; et seulement 10,8% (10,9% en 2011) en légère régression aussi pour la dernière moitié des sociétés du «Truffle 100 ».

En comparaison du classement 2011, 28 éditeurs ont progressé par rapport à leur rang précédent (28 en 2011), 7 ont conservé leur place (12 en 2011), 55 ont perdu au moins une place (49 en 2011) et 8 sont sortis du classement (5 en 2011) dont 5 par absence de réponse ou réponses insuffisantes et 3 suite à des rachats (Esterel ancien numéro 58 racheté par Ansys (US); EVE anciennement 58ème racheté par Synopsys (US) ; et SNEDA anciennement 72ème racheté par CASSIOPAE, 49ème dans cette édition). Sur les 7 dernières années, 16 éditeurs français ont disparu du classement pour cause de rachat par des sociétés étrangères. Dassault Systèmes conserve sa première place ; Murex passe de la deuxième place à la troisième place et SOPRA GROUP reprend la deuxième place (3ème en 2011) ; CEGEDIM prend la 4ème place (après que son activité ait été prise dans son intégralité) et Cegid passe à la 5ème place (4ème en 2011) ; Axway prend la 6ème place (5ème en 2011) et Linedata Services passe en 6ème position (5ème en 2011). Parmi le Top 10, un nouvel entrant, PRODWARE, qui prend la 8ème place. ESI Group passe de la 8ème à la 9ème place et Avanquest Software passe de la 7ème à la 10ème place.

Le taux de profitabilité du classement accuse une baisse de 20%

Il passe de 10% du chiffre d'affaires en 2011 à 8% du chiffre d'affaires en 2012. Le résultat net du palmarès est de 693 millions d'euros cette année contre 761,7 millions d'euros en 2011. Si on constate une meilleure répartition sur les 5 premiers éditeurs, qui pèsent 45% contre 49% en 2011 ; le poids des 3 premiers progresse sensiblement, passant de 43% en 2011 à 56% cette année (+ 30%).

Les deux principales régions où sont installés les éditeurs du « Truffle 100 » restent l'Ile-de-France, avec un chiffre d'affaires totalisant 81% du CA Edition total (80% en 2011), 85% de l'effectif total (stable) et 80% de l'effectif de R&D (stable); et la région Rhône-Alpes, avec 9% du CA Edition total, 7 % de l'effectif total (7,8% en 2011) et 9% de l'effectif R&D contre 9,5% en 2011. Ce sont les 2 « clusters » français qui peuvent prétendre compter en Europe. On constate une légère baisse des chiffres en Ile-de-France.

Tendances 2013

Les principaux secteurs qui tireront l'industrie du logiciel en 2013 : le cloud computing et le SaaS restent majoritairement en tête pour 89% (67% en 2011), suivis par les applications mobiles pour 62% (stable), la gestion des processus métiers pour 30% (stable), apparition du « big data » pour 28%, la dématérialisation documentaire pour 25% contre 22% l'an passé ; le décisionnel métier apparaît pour 21% ; le collaboratif passe de 26% à 16% cette année ; la virtualisation passe de 14% à 15% ;, la sécurité du SI apparait pour 11% et le data management pour 10%.

Notons que 42% des éditeurs du « Top 100 » déclarent avoir une offre en mode SaaS.

Mesures publiques plébiscitées par l'industrie du logiciel

Le CIR passe en tête pour 56% (contre 47% en 2011) ; le Small Business Act passe en deuxième position pour 43% (contre 55% en 2011) ; en 3ème position pour 35% viennent les programmes européens de R&D (contre 40% en 2011) et le développement du capital-risque (contre 26% l'an passé).

Méthodologie du palmarès

Le palmarès « Truffle 100 » est réalisé à partir d'une enquête par questionnaire. Les entreprises participantes ont déclaré respecter les critères de participation. Le palmarès a été réalisé sur la base des données transmises par chaque entreprise participante, éventuellement complétées dans certains cas par des sources extérieures. Certaines données, de nature confidentielle, sont traitées uniquement de façon agrégée. Le questionnaire de participation au palmarès est disponible sur le site www.truffle100.fr. Les entreprises souhaitant participer peuvent s'inscrire à tout moment.

Frédéric Mazué