Accueil Agile Témoignage – RATP fait évoluer en mode agile son outil central de...

Témoignage – RATP fait évoluer en mode agile son outil central de gestion de l’infrastructure réseau

Le projet Pithagore, piloté par le département RATP Infrastructures, est dédié à la gestion et à la maintenance des infrastructures du RER et du métro. Cette application, en évolution constante depuis sa mise en service en 2017, étend son périmètre d’actions. En juin 2020, elle a intégré les travaux du tramway et, au mois de septembre, les espaces de la RATP (gares et stations du réseau).

Au sein de la RATP, le département RATP Infrastructures est en charge de la gestion et de la maintenance des infrastructures de transport du réseau : escaliers mécaniques, équipements électriques, ouvrages d’art, voies, bâtiments… Il a ainsi sous sa responsabilité 280 km d’ouvrages souterrains, 1 193 km de voies et 4 802 signaux. Il s’assure également de la disponibilité de l’énergie pour l’ensemble de la RATP, soit 1,44 milliard de kWh par an.

Ses missions consistent à maintenir et surveiller les voies, mais aussi à participer à l’extension du réseau. Il gère également les opérations curatives, et réalise les visites de chantiers en cours. Enfin, il supervise le rétablissement du trafic après une intervention sur un incident et réalise de nombreux travaux de manutention individuels ou collectifs.

Pithagore, une application pour planifier l’ensemble des chantiers

Pour planifier l’ensemble de ces chantiers, jusqu’à leur réalisation, RATP Infrastructures a développé, en partenariat avec le cabinet de conseil indépendant en transformation numérique mc2i, une application sur mesure baptisée Pithagore. Elle lui permet d’optimiser ses ressources, tout en garantissant le respect de la sécurité ferroviaire. Dans un contexte où le nombre de chantiers va croissant, et où la plage d’horaires de nuit permettant de les réaliser est réduite, la planification et l’optimisation de l’implantation des chantiers sont essentielles.
L’application remplace plusieurs outils devenus obsolètes, au profit d’une plateforme unique centralisant les informations relatives aux chantiers et les partageant à tous les acteurs. Plusieurs centaines d’intervenants (chargés d’affaires, responsables opérationnels, chefs de régulation…) l’utilisent quotidiennement, et 24H/24.

Un projet mené en mode agile avec 100 % des effectifs en télétravail

Les consultants de mc2i sont intervenus sur toutes les activités de ce projet, depuis sa conception jusqu’à la conduite du changement en passant par l’assurance qualité. Une mission menée avec 25 membres de l’équipe du département RATP Infrastructures, réunis sur un même plateau projet, pour assurer une conduite en mode agile. Ce choix de l’agilité permet d’adapter les demandes d’évolutions en fonction des retours des utilisateurs et ainsi, d’améliorer le produit de manière itérative.
« Ce mode de travail a montré sa pertinence, y compris lors du confinement, qui a imposé le télétravail et une configuration distribuée. L’équipe a pu prouver à cette occasion ses capacités d’adaptation, ainsi que la bonne communication entre ses membres », souligne Eve Ibanez, experte agile chez mc2i. Pendant cette période, plusieurs versions évolutives ont ainsi pu être mises en production, malgré 100 % des effectifs en télétravail. mc2i a notamment apporté sa maîtrise du secteur et de la méthode agile pour favoriser la bonne collaboration des équipes à distance.

Une application en constante évolution

Mise en service en 2017, PITHAGORE a beaucoup évolué pour couvrir un périmètre toujours plus étendu. Ainsi, après avoir pris en compte la gestion des travaux de 18 lignes du RER et du métro, l’application centralise également, depuis fin juin 2020, ceux des 8 lignes du tramway parisien. La prochaine version, prévue pour fin septembre 2020, intégrera aussi la gestion des chantiers dans les gares et stations du réseau. Ce nouveau volet vient s’ajouter au périmètre actuel des chantiers ferroviaires. Par ailleurs, l’hypothèse de réutilisation de Pithagore sur d’autres réseaux que le réseau historique est actuellement à l’étude.