Accueil Cloud computing Téléphonie : Aircall recrute 200 personnes

Téléphonie : Aircall recrute 200 personnes

Avec un chiffre d’affaires non dévoilé mais supérieur à 10 millions, et majoritairement à l’international pour 80% (30% aux USA, seulement 20% en France), une croissance mensuelle de 10% *, la start-up Aircall a accompli en 4 ans une percée impressionnante.

Elle compte 3000 entreprises clientes (dont Uber) et 60 000 utilisateurs quotidiens qui effectuent 1 millions d’appels. Elle vient de lever 29 millions de dollars (sur un total de 40 M depuis l’origine). Linkdin l’a distingué en octobre, parmi 25 jeunes pousses, dans son premier classement annuel Top Startups « qui met à l’honneur les 25 jeunes pousses françaises les plus attractives. »

Déployer l’application en 2 minutes

 

 

Sa solution de téléphonie sur IP, logiciel 100% SaaS s’intègre sur les solutions métier, particulièrement les CRM. Les clients sont notamment les services commerciaux, services clients, centres d’appel.

On utilise Aircall via l’application ou avec le navigateur. C’est la brique téléphonie » que l’on installe dans le SI. Son grand avantage ? « Elle se déploie en deux minutes, quel que soit le nombre d’utilisateurs et leur localisation » affirme Jonathan Anguelov, qui conclut : « le téléphone classique, aujourd’hui, c’est une hérésie ! ».

« le téléphone classique, aujourd’hui, c’est une hérésie ! ».

Il écrivait d’ailleurs  dans le JDN : «  le téléphone fixe, attaché au poste de travail, est devenu un fossile coûteux pour les entreprises. A l’heure où elles ne jurent que par la flexibilité, il apparaît impensable de lier un numéro de téléphone à un emplacement physique ». Jonathan est COO de Aircall, et aussi un des 3 entrepreneurs qui fondèrent Aircall en 2014.

180 employés aujourd’hui, 200 de plus d’ici 2019

La start-up compte 180 employés . « Nous en recrutons 200 de plus d’ici 2019 » nous indique J. Anguelov. Le plus intéressant à noter est cependant la fidélisation des collaborateurs. On sait que dans la plupart des sociétés de service le turn-over est important et qu’une large partie des recrutements sert à compenser les départs. Ce n’est pas le cas chez Aircall, explique le COO : « en 4 ans, 2 employés seulement sont partis à la concurrence. » Il précise en souriant:  » On ne compte pas les personnes qui nous quittent pour monter leur boite, ce dont on se   réjouit plus qu’autre chose », et explique:  « la culture RH de l’entreprise est forte, les employés savent qu’ils vont grandir avec la société. »

Constatant la difficulté de recruter, l’entreprise a mis en place son propre dispositif de formation, l’ «  Aircall Academy », « L’objectif étant de former nous-mêmes nos futurs collaborateurs aux métiers de l’entreprise, notamment les commerciaux, afin qu’ils soient opérationnels rapidement. », explique Jonathan Anguelov.

*Interview Challenge, Juin 2018

 

Jean Kaminsky