Accueil Channel Starface souhaite encore doubler le nombre de ses revendeurs en France

Starface souhaite encore doubler le nombre de ses revendeurs en France

Solution Neon de Starface (vidéoconférences, partage d’écran, tchat et intégration totale de la téléphonie mobile).

Fort de la croissance de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2021, la filiale française de Starface, un éditeur allemand de logiciels de communication unifiée prévoit de recruter de nouveaux partenaires en 2021.

Pour 2021, l’objectif de Starface France est de doubler encore le nombre de ses revendeurs, dont beaucoup sont des installateurs télécoms, pour faire face à la croissance enregistrée et à la sortie de Starface 7, sa plateforme de téléphonie sous Linux. Il avait déjà doublé leur nombre en 2020.

Son programme « Partenaires » est là pour renforcer leur savoir-faire et les aider à développer leurs activités autour de l’offre de communications unifiées de Starface. Les quatre niveaux de certification disponibles pour le marché francophone sont : Starter, Certified, Advanced, Excellence. Chacune de ces certifications comporte un volet technique et un accompagnement commercial adapté à l’objectif du partenaire lui permettant d’évoluer avec l’offre Starface dans le but de dégager un maximum de chiffre d’affaires.

« Starface se positionne comme un pilier du secteur, il existe en Allemagne depuis des années ; l’entreprise a su évoluer avec les demandes du marché » explique Marc Lidin, directeur d’Infotelecom, un partenaire Excellence de Starface installé à Perpignan. « On travaille avec des équipes techniques en France qui permettent de remonter nos besoins, et améliorer le produit pour nos clients pour correspondre le plus possible aux attentes des entreprises. De plus, le service après-vente est de qualité, réactif et disponible. Point important, la politique commerciale est stable, c’est très important pour un intégrateur d’avoir un contrat avec un partenaire qui soit un vrai contrat et une vraie politique commerciale qui soit dans la durée. »

Olivier Bellin