Accueil Stratégie/Business Software Republique, l’alliance de Renault et de 4 géants de la tech...

Software Republique, l’alliance de Renault et de 4 géants de la tech lancée officiellement

La Software Republique, nouvellement créée, réunit Atos, Dassault Systèmes, Groupe Renault, STMicroelectronics et Thales. Ces 5 membres fondateurs ont décidé de créer un écosystème d’open innovation pour développer et commercialiser conjointement des solutions et systèmes dans la mobilité.

Elie Girard (Atos), Bernard Charlès (Dassault Systèmes), Luca de Meo (Renault), Jean-Marc Chéry (STMicroelectronics) et Patrice Caine (Thales) ont présenté officiellement ce vendredi 9 avril leur bébé : la Software Republique. Pour le moment, il s’agit d’un simple rapprochement entre ces géants de l’automobile et de la technologie. Quelle forme exacte prendra-t-il ? Ils ne savent pas encore. « Il faudra trouver un modèle de gouvernance assez simple, agile… mais la mayonnaise prendra rapidement », assure Luca de Meo. En tout cas, ils ont leur QG pour accueillir leurs activités à venir, un « laboratoire géant en plein air »,  prévu en septembre prochain à Saclay (91), un lieu important de recherche scientifique, où se répartiront les équipes d’ingénieurs du construteur automobile.

Jouer collectif et ouvert

Cette alliance originale entre Renault et 4 poids lourds de la technologie française a vocation à se mettre au service d’une offre de mobilité qui est en profonde mutation, et qui fait appel à diverses technologies dans les domaines de l’IA, de la cybersécurité, de la connectivité, de l’électronique embarquée et des jumeaux numériques.  « La 5G et l’Edge computing seront les deux piliers de cette révolution mobile », est convaincu Elie Girard dont l’entreprise, Atos, va livrer son expertise en lntelligence artificielle, sécurité digitale, Cloud, IoT ou calcul haute performance. Chez Dassault Systèmes, c’est la plateforme 3DExperience qui apportera son environnement virtuel collaboratif aux projets. Thales mise sur son expertise en IA, cybersécurité et connectivité. La partie semi-conducteurs revient bien évidemment à STMicroelectronics. Les membres appellent à ce que d’autres entreprises les rejoignent, françaises et européennes.

En combinant l’ensemble de leurs expertises, ces acteurs se mettent « au service d’une mobilité décarbonée, partagée, responsable, made in Europe ». Ils vont d’ores et déjà collaborer sur la connectivité sécurisée entre le véhicule et son environnement digital et physique, sur les systèmes de simulation et de gestion des données pour optimiser les flux pour les territoires et les entreprises, ainsi que sur un écosystème d’énergie permettant de simplifier la recharge des véhicules. Citons, dans ce dernier domaine, un dispositif déjà au point et nommé Plug & Charge. qui permet la reconnaissance automatique d’une voiture électrique branchée sur une borne avec paiement automatique, sans effectuer d’opération particulière.