Accueil Cybersécurité Le ransomware Petya paralyse les banques ukrainiennes

Le ransomware Petya paralyse les banques ukrainiennes

Une cyberattaque a visé mardi 27 juin des banques et entreprises ukrainiennes, provoquant des dysfonctionnements, a annoncé la banque centrale d’Ukraine dans un communiqué.

A cause de cette attaque, les passagers du métro de Kiev ne pouvaient pas payer en carte bancaire et des banques ukrainiennes devaient mettre en pause certains des services proposés à leurs clients. « La Banque nationale d’Ukraine a signalé aux banques et aux autres agents du marché financier une attaque informatique externe menée aujourd’hui contre les sites des banques ukrainiennes et d’entreprises publiques et commerciales« , selon ce communiqué.
A la suite de ces attaques, « les banques éprouvent des difficultés à prendre en charge leurs clients et faire des opérations bancaires« , a ajouté la banque centrale d’Ukraine (NBU). « Tous les participants du marché financier ont pris des mesures pour renforcer leur sécurité et contrecarrer ces cyberattaques« , a ajouté la NBU, qui « ne doute pas que les infrastructures bancaires savent se défendre contre les cyberattaques. »

Plusieurs banques ont confirmé une attaque informatique contre leurs services. La banque Oschadbank a ainsi indiqué dans un communiqué « être contrainte de recourir à des services limités pour ses clients ». Le métro de Kiev indiquait, sur sa page Facebook, ne pas pouvoir accepter de paiements en carte bancaire à ses guichets à cause d' »une cyberattaque« .

Cette attaque a utilisé le virus Petya.A, un ransomware, a affirmé l’entreprise ukrainienne Novaïa Potchta, qui « est temporairement dans l’incapacité de fournir des services à ses clients ».  Ni la NBU, ni les entreprises touchées n’ont indiqué l’origine de l’attaque informatique. Petya, découvert par G Data, est apparu en 2016 et vise les entreprises.
Kiev a déjà accusé des personnes ou groupes proches du gouvernement russe d’être à l’origine de cyberattaques visant leurs sites officiels. Mardi, le géant russe du pétrole Rosneft s’est dit lui aussi victime d’une « puissante attaque informatique » visant ses serveurs. Mais aucun lien n’est avéré entre ces cyberattaques.

 

Auteur : La rédaction avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here