Accueil Cybersécurité « En 2020 l’équipe DevOps fera plus d’achats de sécurité que l’équipe Sécurité...

« En 2020 l’équipe DevOps fera plus d’achats de sécurité que l’équipe Sécurité informatique », Marco Tottigni, Qualys

L’exercice de la prédiction est toujours particulier, voire trivial… Marco Rottigni, directeur des technologies et de la sécurité pour la région EMEA chez Qualys, se lance et liste 10 tendances pour l’an prochain, dont une soutenant que l’équipe DevOps aura une influence considérable sur ce qui sera déployé.

1 – Les conteneurs

L’utilisation de conteneurs pour déployer des applications, que ce soit sur le système informatique interne ou dans le Cloud, séduit toujours plus d’entreprises. Les conteneurs peuvent faire évoluer rapidement les services applicatifs tandis que des outils d’orchestration tels que Kubernetes automatisent ce processus.

Savoir qu’il est possible d’adapter les ressources est fondamental sur le plan de la sécurité. Si un problème sur une partie de l’infrastructure Cloud finit par s’étendre à davantage d’images, alors la situation s’aggrave. Et pourtant, de nombreuses équipes de sécurité ne savent pas toujours que des changements ont eu lieu…

En 2020, les mises à jour en temps réel deviendront incontournables pour tous les actifs qui seront créés. L’autre solution est de pouvoir créer des images, les utiliser puis les effacer sans même que l’équipe sécurité n’ait eu connaissance de leur existence. Cette perspective pour le moins effrayante devrait être à l’origine de nouvelles évolutions en 2020.

2 – La biodiversité numérique obligera les équipes à s’adapter à des rythmes de travail différents

Différentes plateformes coexistent en grand nombre dans les entreprises et la sécurité de chacune d’entre elles doit être assurée. Toutefois, chaque plateforme évolue à son rythme. Pour passer des actifs informatiques traditionnels et propriétaires aussi vifs que des paresseux à la vitesse du colibri du Cloud, chaque plateforme évoluera progressivement à sa manière.

Dans ce contexte, les équipes informatiques pourront répartir leurs effectifs pour que certains travaillent sur des plateformes testées et approuvées tandis que d’autres gèrent des plateformes nouvelles et prometteuses. Mais une dynamique « nous et eux » risque de se créer au sein de l’équipe au moment précis où il faudrait que tout le monde s’entraide. Pour éviter cela, les équipes vont devoir s’orienter vers des pratiques de sécurité plus holistiques qui intègrent le rythme du changement au processus de planification.

Il sera indispensable de mieux comprendre ces évolutions afin de pouvoir anticiper la planification des fenêtres de déploiement des correctifs et des événements majeurs. Les équipes pourront ainsi définir les priorités et planifier à l’avance, que le changement soit brutal ou pas.

.3 – La responsabilité partagée du Cloud, un concept qui doit être encore approfondi

Les déploiements dans le Cloud sont de plus en plus courants. Des fournisseurs comme Google Cloud Platform, Microsoft Azure ou Amazon Web Services proposent tout un éventail d’options pour héberger, administrer et déployer des applications. Les entreprises s’intéressent également à des solutions multi-Cloud exécutables sur différents services Cloud lorsqu’il y a de la place.

Une collaboration efficace entre les équipes de sécurité informatique et du fournisseur Cloud est la clé de la réussite. Mais elle n’a pas toujours lieu. En effet, bien que les fournisseurs Cloud maîtrisent leurs domaines de responsabilité, il y a eu bien des cas où des failles de sécurité ont été découvertes, la faute généralement à de mauvais déploiements de bases de données ou à l’utilisation de ressources de stockage non sécurisées avec des configurations par défaut.

Ces problèmes subsisteront en 2020 si les développeurs continuent de finaliser à la hâte leurs applications ou s’ils font l’impasse sur la collaboration avec les équipes sécurité informatique avant de lancer leurs services en production. Pour éviter cela, les entreprises vont devoir assumer une plus grande part de responsabilité pour leurs déploiements en sensibilisant les développeurs, mais aussi et surtout en se dotant de meilleurs processus DevOps qui intègrent des outils de sécurité au flux de travail de production. La sécurité deviendra ainsi « une routine » plutôt qu’un casse-tête supplémentaire.

4 – Il faudra renforcer la sécurité des actifs technologiques opérationnels participant à l’Internet des objets

L’Internet des objets poursuit sa croissance. Si l’on s’est souvent contenté d’ajouter une simple connexion Internet à bon nombre d’appareils proposés au grand public, des opportunités ne cessent de voir le jour à destination du monde de l’entreprise. En effet, après quelques premiers projets pilotes, les déploiements IoT se multiplient au sein d’entreprises spécialisées dans la chaîne d’approvisionnement, la logistique et les services.

En pratique, cela signifie que des actifs, y compris certains qui datent d’avant Internet tel qu’on le connaît aujourd’hui, sont désormais connectés en plus grand nombre. Certes, la connectivité peut être un avantage pour les systèmes de gestion de la production et les actifs technologiques opérationnels qui doivent fonctionner 24 h/24, néanmoins ces actifs ont tendance aussi à être plus anciens et très difficiles à mettre à jour, d’autant plus que certains fournisseurs d’applications ont parfois mis la clé sous la porte depuis longtemps.

Dans la précipitation à exploiter l’IoT, il est crucial pour les entreprises de ne pas créer de risques de sécurité là où il n’y en avait pas. Le rôle de l’air gap restera important tandis que la compréhension des actifs informatiques en contexte s’étendra également au secteur technologique opérationnel.

5 – L’équipe DevOps fera plus d’achats de sécurité que l’équipe Sécurité informatique

Jusqu’à maintenant, les produits de sécurité informatique traditionnelle étaient vendus par des spécialistes à d’autres spécialistes. C’est le RSSI qui décidait avec qui l’entreprise allait travailler et comment ces solutions seraient administrées.

Ce ne sera plus le cas en 2020. La sécurité ne sera plus le domaine réservé de l’équipe de sécurité informatique et l’équipe DevOps sera responsable des achats ou aura une influence considérable sur ce qui sera déployé. Lorsque les entreprises travaillent sur un pipeline CI/CD, le nouvel acheteur à impressionner n’est autre que l’équipe DevOps.

Qu’augure cette prévision version « cuisine interne » pour l’avenir ? Elle signifie que les entreprises qui étaient les premières sur les marchés de la sécurité ne le seront plus. Les équipes DevOps (les développeurs surtout) aspirent à travailler avec des entreprises qui comprennent leurs besoins et leur mode de fonctionnement. De gros bouleversements vont intervenir et des changements sont à prévoir au niveau de qui détient le rapport de force dans l’entreprise en matière de budget.

Pour les équipes DevOps, la réussite se mesure en termes d’agilité, de vitesse et de capacité à s’adapter aux écarts. Elles ne distinguent pas d’un côté les déploiements dans le Cloud et, de l’autre, dans les centres de données traditionnels. Elles raisonnent plutôt continuellement en termes d‘« hybridicité ». C’est pourquoi de grands noms actuels de la sécurité finiront par procéder à des acquisitions majeures pour tenter de rester dans la course tandis que de nouveaux venus s’imposeront rapidement dans le secteur.

6 – Les métriques de sécurité évolueront pour se concentrer sur le TTR

Les équipes Sécurité se mesuraient hier à leur capacité à préserver le réseau de l’entreprise contre les attaques. Cette approche cloisonnée, qui a dominé pendant des années, est désormais de plus en plus difficile à justifier compte tenu du grand nombre de vulnérabilités et de problèmes. Toutes les équipes Sécurité, même les meilleures et les plus en pointe, font face à des actes de piratage. En même temps, des métriques de sécurité courantes et spécifiques telles que les attaques détectées ou le délai moyen d’imprégnation des attaques n’aident pas l’entreprise à comprendre les risques ou les coûts associés.

En 2020, le principal indicateur pour ces équipes sera le délai de remédiation (TTR, Time To Remediate), une métrique plus compréhensible et « consommable » pour l’activité. Le TTR devrait être de zéro ou le plus proche possible de zéro. L’équipe de sécurité démontrera ainsi qu’elle est capable d’anticiper les problèmes en intervenant en amont dans les processus métier, idem dans le développement d’applis et de services et également en amont en concédant une surface vulnérable la plus réduite possible.

7 – Les vulnérabilités ne seront plus détectées de manière programmée mais en temps réel

Traditionnellement, les programmes de gestion des vulnérabilités étaient exécutés à date fixe. Microsoft et Adobe publient leurs correctifs une fois par mois et Oracle une fois par trimestre. Appliquer ces patches selon ce calendrier permettait de résoudre la plupart des problèmes tandis que la recherche de logiciels vulnérables pouvait être planifiée par rapport à ces mises à jour.

Cependant, les failles sont aujourd’hui exploitées plus vite que ne peuvent réagir les programmes d’application de correctifs. La diversité des plateformes existantes est telle que des changements peuvent affecter plusieurs systèmes exécutés sur des sites différents. Les nouvelles technologies de type Cloud et conteneurs peuvent ne fonctionner que par intermittence et donc échapper aux analyses programmées. En 2020, les entreprises devront passer en plus grand nombre à l’analyse des vulnérabilités en temps réel pour rechercher les problèmes à mesure qu’ils surviennent.

Cette évolution s’appuie sur l’adoption d’un processus basé sur la logique UDR (Understand, Detect, Respond), autrement dit : Comprendre, Détecter et Réagir. Comprendre implique d’obtenir l’information sur tous les actifs informatiques détenus, depuis le Cloud et les conteneurs jusqu’aux points d’extrémité traditionnels, équipements mobiles et applications Web. Détecter concerne le mode de découverte de ces anomalies, connues et inconnues ; l’important ici étant la qualité de vos données pour comprendre l’événement, se fier à l’alerte et donner la priorité à la réaction. Réagir renvoie à la rapidité avec laquelle l’entreprise va résoudre le problème pour atténuer les dommages potentiels, réduire les contraintes pour votre équipe et éviter que la productivité ne soit impactée.

8 – L’intégration et l’orchestration deviendront critiques pour les équipes Sécurité

Les équipes déploient Kubernetes et des conteneurs logiciels pour améliorer leurs processus et accélérer le déploiement des logiciels. Il est néanmoins difficile pour les équipes de sécurité d’arriver à suivre les nouveaux processus et produits qui entrent dans l’entreprise. Si Kubernetes aide les équipes Applications à automatiser et à orchestrer leurs services, l’équipe de sécurité se doit d’adopter la même approche.

En 2020, c’est auprès des équipes DevOps que les équipes de sécurité apprendront à obtenir des résultats et à opérer les changements nécessaires. Parallèlement, elles chercheront à recruter plus de personnes qualifiées et capables de comprendre comment bâtir des intégrations et des processus automatisés. Les centres d’opérations de sécurité (SOC) en particulier souhaiteront automatiser chaque fois que possible les processus associés aux données pour renforcer la productivité de l’équipe SOC en place et aider les membres de cette même équipe à se consacrer à des tâches plus valorisantes.

9 – La conformité est là pour aider. Adoptez-la !

Les professionnels ont l’embarras du choix en matière de cadres de sécurité. Que ce soit le NIST CyberSecurity Framework, les 20 principaux contrôles de sécurité critiques du centre CIS, la norme ISO 27001 ou encore le RGPD de l’UE sur la protection des données, ces approches visent à promouvoir les bonnes pratiques en matière de sécurité et à aider à contrôler la complexité de l’infrastructure informatique moderne.

En 2020, l’utilisation de cadres de conformité pour planifier la sécurité évoluera de la gestion d’un problème ou d’une menace spécifique pour la sécurité, vers la gestion des risques. Dans cette optique, il faudra étudier quels sont les problèmes majeurs pour l’entreprise, ce qui constitue un risque pour l’activité puis planifier en fonction des priorités existantes. Cette démarche devient l’affaire de tous et de toute l’entreprise plutôt qu’un problème spécifique lié à la sécurité informatique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here