Accueil Métiers - Business SAP Secure Success : améliorer les projets et optimiser les partenaires

SAP Secure Success : améliorer les projets et optimiser les partenaires

Une des problématiques actuelles pour une entreprise est toujours le même : comment aligner l’IT avec le métier, comment bien implémenter une solution informatique, quelles bonnes pratiques mettre en place ? Il faut évaluer, planifier, implémenter puis utiliser la solution choisie. SAP veut s’assurer de la bonne réussite des projets autour de ses solutions. C’est pour cela que l’éditeur a lancé il y a quelques semaines, SAP Secure Success.

Securte Success est un programme « gestion de projet » pour fluidifier, harmoniser et mieux gérer les appels d’offres, la prospection, l’analyse des besoins et des projets. L’objectif est de pouvoir mieux répondre aux entreprises pour faire aboutir le projet en utilisant au mieux la solution SAP. Cela fait intervenir SAP et ses consultants internes, les partenaires et bien entendu le client. Il s’agit de ne pas dévier des objectifs et des spécifications du projet. Il s’agit aussi de mieux aider les partenaires. Cette démarche est demandé par les clients eux-mêmes. « SAP Secure Success a pour objectif d’aider à augmenter la qualité des implémentations afin d’optimiser la valeur apportée par les solutions SAP dans l’environnement du client. « dixit SAP.

Pour les partenaires, Secure Success n’est pas un « ennemi » mais au contraire, une aide. Il s’agit d’un programmez structurant pour faire progression les partenaires et mieux répondre aux projets et appels d’offres. C’est une véritable assurance qualité qui se met en place.

Secure Success est pour SAP une manière de ne pas laisser la moindre opportunité sans réponse, sans solution. Deux fois semaines, les équipes se réunissent pour examiner les projets et de proposer les partenaires les plus pertinents sur telles solutions ou technologies SAP. Cette démarche doit se faire dans la plus grande transparence.

Les partenaires devront aussi monter en compétences, passer les certifications, donc investir un minimum. Les intégrateurs et prestataires de services qui joueront le jeu seront donc les premiers à bénéficier de cette nouvelle organisation qui sera active au 1er janvier 2013.

François Tonic