Accueil Big Data Réorganisation en profondeur chez IBM

Réorganisation en profondeur chez IBM

Marque IBM
Logo IBM

Une réorganisation majeure chez IBM serait prévue cette année. Et sans doute des suppressions de postes.

Selon nos confrères britanniques The Register, la patronne d’IBM Ginni Romettya a envoyé à ses employés un mail indiquant qu’elle comptait procéder à une réorganisation massive du groupe. IBM s’apprêterait donc à faire voler en éclat sa vieille structure en silos qui distingue le matériel, le logiciel et le service. Les principales divisions se répartiraient ainsi : Recherche, Ventes et livraisons, Systèmes, Global Technology Services, Cloud, Watson, Sécurité, Commerce, Analytics. La mobilité serait transversale à plusieurs divisions. Et la distribution des produits logiciels et matériels ne formeraient plus qu’une seule unité. Une structure qui reflèterait mieux la stratégie du géant américain, en particulier dans le Cloud, la sécurité et l’analyse des données-Big Data. Et Ginni Romettya de rappeler dans son message les nombreux développements du groupe en 2014 :  la création de la division Watson, son système cognitif censé, à terme, regrouper 2000 personnes et bénéficier d’un investissement de 1 milliards de dollars, l’expansion du Cloud avec Softlayer, le lancement de Power8, la création de la plate-forme PaaS BlueMix, les investissements dans les semiconducteurs de nouvelle génération, les partenariats Cloud avec SAP et Tencent et ceux avec  Apple pour les applications mobiles en entreprise ou encore avec Twitter dans le Big Data.

Réduire les coûts

Au-delà de cette réorganisation majeure, IBM se lancerait dans un programme de réduction des coûts, avec à la clé plusieurs milliers de postes supprimés estime The Register. Au Royaume-Uni, IBM inciterait déjà à des départs volontaires, bien monnayés. Car les résultats d’IBM sont décevants et le géant a dû revoir à la baisse ses prévisions de bénéfices pour 2015 au troisième trimestre 2014. « Nous sommes déçus par nos performances » avait alors indiqué Ginni Romettya, mettant l’accent sur les difficultés d’un marché en constante évolution.

En France, IBM avait déjà annoncé en avril 2013 un plan de restructuration avec 1200 à 1400 suppressions de postes, soit un peu moins de 15 % des effectifs. Début novembre, IBM Delivery Services, spécialisé dans le support de proximité (installation de matériel informatique, mises à jour, maintenance…), était racheté par Proservia, une ESN française filiale de ManpowerGroup. Et la vente, au niveau mondial, des activités serveurs x86 d’IBM à Lenovo entraîne depuis début janvier dans l’Hexagone le transfert de 70 salariés chez le constructeur.

Juliette Paoli